Conversations avec Dieu




La responsabilité

2 appréciations
Hors-ligne
Le plus grand cadeau, la plus grande grâce que m'a apporté le message de "Conversations avec Dieu", c'est la responsabilité.

C'est de m'avoir rappelée que je suis responsable de TOUT ce qui m'arrive, tout ce qui arrive dans ma vie, que c'est moi qui ai tout créé, tout appelé, pour la libération de mon âme.

Au début, ce concept m'a choquée, révoltée même, et j'y ai résisté.
Mais plus le temps passe, et plus sa justesse se dévoile dans toute sa perfection.

La responsabilité, ce n'est pas du tout la culpabilité, c'est au contraire la liberté.

Je ne suis PAS une victime.
PERSONNE ne peut me faire du mal ou me faire souffrir... sauf si je choisis de l'être.
PERSONNE n'a de pouvoir sur ma vie... sauf si je le crois.
JE SUIS la créatrice de ma vie.

Ceux qui me connaissent savent que je suis passée par une année d'expérience de la maladie.
C'était le cadeau apporté par l'Univers - ma propre création - pour m'offrir la merveilleuse opportunité de mettre cette compréhension en pratique.

On ne peut pas tricher avec la maladie.

Quand les pensées à la source de cette maladie ont été vues, reconnues, accueillies, embrassées, soignées, puis dépassées, le corps n'a plus eu besoin de dire son mal et la guérison est arrivée de la façon la plus étonnante qu'il soit.

Dieu créée à chaque instant, tout le temps, et par qui croyez-vous qu'Il créée?

Par toi, bien sûr!

Lénah

:B1: Lenah, cette experience et cette comprehension de la vie..je suis d'accord avec chaque mot...moi, je l'ai vecu d'une autre facon, en m'affiliant a un Ordre International..et avec l'etude des monographies, j'ai compris que j'etais la responsable de tout le negatif qui etait dans ma vie et que je ne pouvais accuser personne pour cela. Bien sur, quand on arrive a cette comprehension. cela change toute notre perception de la vie et c'est merveilleux. Puissent tous les humains devenir conscients d'eux-memes !
Je suis bien bien contente pour toi.

Bisous et tout mon amour a chacun et a chacune.
Jean-Louis

Bonsoir, Lénah.

Je suis très heureux de te retrouver sur ce forum. J'ai vécu moi aussi une expérience semblable cette année et je suis arrivé aux mêmes conclusions que les tiennes.

Mon problème est en ce moment de pouvoir aider efficacement une personne proche qui vit dans le tourment pour de multiples raisons, mais qui dit n'être pas assez forte pour prendre conscience de sa propre responsabilité dans ce qui lui arrive, encore moins d'en comprendre le pourquoi, ni même de se dire que l'amère épreuve d'aujourd'hui est le bienfait de demain. Malgré ses efforts, elle n'y arrive pas. Et c'est vrai que si j'étais dans sa situation, j'aurais aussi beaucoup de mal à y voir clair. Le "sort" semble vraiment s'acharner sur elle. Je ne sais plus que dire ni que faire. CaD dit de prodiguer des paroles de réconfort, mais à l'évidence cela ne suffit pas.

Bien à toi.

Jean-Louis

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Lenah,

Heureuse de te retrouver!
Hier encore je lisais un de tes commentaire sur l'amour...

Je pense comprendre de quoi tu parles, la responsabilité que nous avons vis-à-vis de nous même.

Ayant une maladie incurable, j'ai du m'accepter en tant que telle. Je ne suis pas ou plus victime de cette maladie, elle est JE.
J'ai appris a vivre avec elle depuis longtemps, elle est (presque) mon amie. J'ai du apprendre à vivre avec le regard des autres.
Je comprends aujourd'hui pourquoi j'ai "ça", le comment, le pourquoi.
Tout ça a ouvert mon esprit, je vois mieux le monde mais surtout, je me vois mieux.

Je me suis rendue compte, comme toi, que j'étais responsable, les autres ne font pas ma vie, c'est a moi a faire ma vie et a composer avec les autres.
Il ne tiens qu'a moi de faire la partition de ma vie, je suis le chef d'orchestre et les musiciens sont les autres, la nature, la porte que j'ouvre ou que je n'ouvre pas, tout dépend de qui est derrière.

Quand à la maladie, depuis que je ne lui en veux plus, je LA soigne et elle reste calme.
Parfois, elle est si calme, que j'en arrive a me dire que c'est elle qui ne veut plus de moi!
Je souhaite donc que cela continue et je continue mon chemin comme cela...

bonne continuation et à bientôt :)

Cath.


Dieu est partout, soyons donc Amour

0 appréciations
Hors-ligne
Re,

je repense,

En fait, quand je regarde mon passé et tout ce qu'il s'est passé, la maladie n'a jamais été qu'un signal d'alarme retentissant de mon organisme. Ce signal n'avait pas été compris.
C'est il y a plus de 6 ans que j'ai compris le rapport, dans mon cas, je le précise, entre la maladie et les évènements passés dans mon enfance.
Le comprendre fut une source d'apaisement et de compréhension.

Je remercie donc la maladie, le signal d'alarme.
Dieu est partout, soyons donc Amour

2 appréciations
Hors-ligne
Qu'est ce que le mal à dit...?

Merci pour ces témoignages émouvants, et étonnant, réconfortant, de découvrir qu'on est nombreux à avoir parcouru ce chemin.

Simplette, oui, je suis d'accord avec toi, j'ai compris que la maladie est un appel à la Conscience.

Jean-Louis, c'est souvent frustrant, douloureux de connaître d'expérience la compréhension qui réconforte et guérit, mais de ne pouvoir la transmettre parce que justement... cela doit être une expérience et non une connaissance.

Souvent, la meilleure aide est une écoute et une présence aimante, une épaule sur laquelle pleurer. Et accepter que la personne n'est pas encore prête à donner du sens à ce qui en a pour toi.

Nous avons tous dû passer par des étapes de compréhensions vécues pour arriver là où nous sommes maintenant, et nous n'en sommes pas tous au même point. Réaliser cela peut t'aider à lâcher-prise dans ton désir de lui faire comprendre.

Quelqu'un qui n'est pas mûr peut même se sentir blessé et incompris si on lui dit qu'il est responsable de ce qui lui arrive.

Si toi déjà tu comprends ce qui est en train de se passer pour elle,cela te donnera une paix et une compassion qui irradiera de toi et l'aidera, j'en suis certaine, même si elle n'est pas encore mûre pour comprendre.

Cath, ton témoignage est très fort et intéressant, quand tu dis que tu souhaites que l'expérience de la maladie continue, c'est bien qu'elle fait son travail de réveil de la conscience!

Tendrement,
Lénah

2 appréciations
Hors-ligne
Juste un petit mot, encore, Cath.
Je t'encourage à réfléchir sur ce que tu crées quand tu dis que cette maladie est "incurable".
Bisous
Lénah

0 appréciations
Hors-ligne
Tu as raison Lenah,
je n'ai pas une maladie "incurable" je suis suivie et je me soigne,
j'ai une maladie qui ne partira jamais, c'est avec ça que je compose.
Merci de me l'avoir rappelé.
Dieu est partout, soyons donc Amour

2 appréciations
Hors-ligne
Chère Cath,
A nouveau je t'encourage à remettre en question cette croyance : J'AI une maladie qui ne PARTIRA JAMAIS.

Qui l'a dit? Es-tu certaine à 100% que c'est vrai? n'y a-t-il jamais eu de part le passé, dans le monde, des personnes à qui les médecins avaient dit qu'ils ne guériraient JAMAIS et qui ont guéri?

Et QUI ou plutôt, QU'EST-CE QUI est malade? Toi? Tes pensées? Ton coeur? Ou ton corps...?

Ne serait-il pas plus juste de dire, qu'en ce moment, tu fais l'EXPERIENCE de la maladie?

Ce ne sont pas des questions dont j'attends les réponses, c'est trop personnel. Ce sont justes des pistes, des portes, peut-être, que tu auras envie d'ouvrir.

Avec amour.
Lénah

10 appréciations
Hors-ligne
Oui mais ,ne faut-il pas aller encore plus loin , car se dire "je fais l'expérience de la maladie " revient quand même , toujours , à dire " je suis malade" ...

Et l'important n'est-il pas d'en sortir ...de sortir de cette fausse vérité ...

Car prononcer de telles paroles , c'est donner un signal érroné à nos propre cellules , c'est leur dire " vous ne faites pas le travail qu'il faut , vous n'êtes pas parfaites ..ect... et c'est pour cela que je suis malade et que je fais l'expérience de la maladie ".

Pensez à un état d'imperfection (la maladie ) c'est quelque part recréer et recréer encore et à chaque instant cet état d'imperfection .

Par contre , se décrire comme une personne en parfaite santé avec des organes superbes dans leurs fonctionnement , une peau éblouissante , avec ses propres cellules qui pétillent de joie comme des bulles de champagne ... c'est faire totalement abstraction d'une fausse réalité que peut-être l'illusion de l'état de notre corps .

Et cela , en partant du principe qu'une âme ne peut-être malade , et qu'il n'existe qu'une seule réalité : l'état de bien-être et de parfaite santé . Il est clair que le mot "maladie" ne devrait même pas exister dans notre vocabulaire car le citer , c'est déjà le faire exister et donc le faire devenir réel .

Nous devons par automatisme , nous dire chaque matin , JE SUIS EN PARFAITE SANTE ET MES CELLULES EXPLOSES DE JOIES ET DE PERFECTION , MON CORPS FONCTIONNE PARFAITEMENT BIEN CAR C'EST LA SEULE REALITE ET IL N'EN EXISTE PAS D'AUTRE.

En faisant abstraction de tout le reste , on ne peut donc que se crée cette réalité là ...
C'est le même principe pour l'état dépressif , se dire qu'il n'existe pas l'anéanti complètement .Les gens dépressifs n'arrêtent pas de se dire qu'ils sont dépressifs alors il sont .... dépressifs !

Pour ma part , je ne le suis pas car je ne reconnais pas cette état car une âme Divine ne peut-être dans cette état là , ça n'existe tout simplement pas . Pensez à quelque chose , c'est immédiatement inconsciemment se le créer dans sa propre réalité .

Mais c'est aussi valable pour : "j'ai de la chance " , "je trouve super facilement une place de parking " , "la Vie ammène à moi tout ce que je désir vraiment " ect... C'est de l'auto sugggestion , d'accord , mais il n'y a rien de mieux ...

Et ce n'est que mon avis ... et merci à Lénah qui comme beaucoup ici et ailleurs m'aide à me perfectionner ... on a jamais fini de ré-apprendre ...

Orang.

Derni?re modification le 10-07-2010 ? 22:11:03
L'expérimentation conduit à la compréhension et la compréhension conduit à la maîtrise .

0 appréciations
Hors-ligne
Chere Lenah, chers vous,

je sais que chez les gens amputé d'une jambe, d'un bras ou d'autres, ils peuvent souffrir de douleurs "fantômes".
Essayer de leur faire croire qu'ils ont encore leur jambe ou autre serait absurde.
Il en est de même pour moi, ma maladie est une maladie du cerveau, IL a été vraiment touché dans son PHYSIQUE et ne pourra donc jamais être réparé. Je me, le soigne et IL est calme. Je le connait et "il" me connait?!!!
C'est la qu'est ma part de responsabilité, être à l'écoute de moi-même, de lui-même dans la maladie. Nous ne sommes pas 2, nous sommes un, le corps et l'esprit. La trinité n'est pas loin.
Je t'embrasse, je vous embrasse,
Cath.


Dernière modification le 11-07-2010 à 00:06:41

Derni?re modification le 11-07-2010 ? 00:07:05
Dieu est partout, soyons donc Amour

10 appréciations
Hors-ligne

Je précise et c'est important , que dans mon précédent post , je parlais essentiellement des "maladies" dites de somatisation , c'est à dire que nous nous créons nous même par notre propre état d'esprit .

Car il y a bien évidemment ce que nous appelons les "imperfections" physique karmique que sont la majorité des handicaps organique décidé avant la naissance dans le but de faire évoluer la personne sur un critère précis . Il est évidemment clair que celui qui vient au monde sans bras ne va pas en voir subitement repousser deux au cours de sa vie . Si cette personne est née ainsi c'est qu'elle doit ré-apprendre quelque chose de précis et qu'elle pourra le faire par ce biais là .

Padre Pio a été malade une très grande partie de sa vie , pas parce qu'il a crée cela par ses pensées éronnées au cours de sa vie mais parce que d'un point de vue karmique (décision avant la naissance) il devait se maintenir dans une forme de souffrance pour "être" en permanence dans un état compassionnel .

A ce propos , cet état de quasi sacrifice l'a conduit à un niveau très proche de celui de Jésus .

Mais l'orsqu'il ne s'agit pas "d'imperfection " corporel karmique définitif , il nous est possible par notre pensée d'agir directement sur notre propre ADN et donc sur l'état vibratoire de nos cellules . Nos pensées de bonne santé et de bien être absolu peuvent largement influencé et donc amélioré notre état physique (organique) .

On ne compte plus le nombre de guérisons "miraculeuse" de sujets souffrant par exemple de grave trouble neurologique .

Cath , tu parlais des gens amputé qui ressentent toujours ensuite des douleurs "fantôme" , et tu as parfaitement raison car il s'agit là du corps éthérique de la personne qui lui existe toujours . La personne en question a une jambe en moins d'un point de vue physique mais la jambe de son corps énergétique (éthérique) existe toujours ( d'ou le ressenti) .

Reste à savoir maintenant si ce qui nous arrive au cours de notre vie est d'ordre karmique (sur décision) ou accidentel (provoqué par notre état d'esprit et notre comportement ). Je suis d'accord , là est le plus difficile .

Dans tous les cas de figure , nos imperfections physique ne peuvent que servir notre évolution .

Bien à toi .
Orang.
L'expérimentation conduit à la compréhension et la compréhension conduit à la maîtrise .

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,
La somatisation...
justement, c'est la que je voulais en venir.

La maladie dont je souffre est une maladie neurologique.
Je n'avais plus eu de "crise" depuis plusieurs années mais en février suite à l'hiver rigoureux que nous avons eu et plusieurs petites infections, une nouvelle crise est réapparue. Le cerveau a été fatigué.

Cela m'a conduit a faire quelques recherches sur mes origines.

J'ai appris que ma mère connaissais cette maladie, elle en avait fait la connaissance dans sa petite enfance mais la maladie avait disparue a l'adolescence.

J'en suis arrivée a la conclusion que justement je ne somatisais pas mais que cette maladie étais héréditaire.
Pourquoi s'était-elle acharnée sur moi, sans doute pour faire de moi une personne plus sensible, plus "réfléchie", plus "responsable",plus proche des "autres".
Cette maladie m'a donné le "don" de mieux écouter mon prochain, de comprendre la joie, la bonne humeur, la souffrance aussi.
Je ne souhaite pas souffrir d'empathie mais je re connais ce sentiment.

Quand à la dépression, je ne l'ai pas voulue, je l'ai subie. c'est un combat de tous les jours, c'est ma vie.
Je n'ai là aussi qu'une seule chose à faire: soigner ma maladie et accepter la maladie qui m'apprend bien des choses. Tous comme les plantes sont polluées par les pesticides, nos pensées peuvent être polluées aussi par des idées bien négatives.
Heureusement, vous, les fleurs, le chants des oiseaux..., ma fille, ma petite fille sont là pour égayer et illuminer les journées

A moi, à nous de vouloir, de préférer, de désirer combattre "le mal" ou plutôt d'accepter qu'en chacun existe une part de négatif que nous ne pourrons jamais délaisser.
Nous ne sommes pas parfaits.

Je suis heureuse de ce que la vie m'a offert, je ne la changerai pour rien au monde.
Peu de sacrifice contre beaucoup de bonheursssss :)

Je vous souhaite le même bonheur


Dieu est partout, soyons donc Amour

2 appréciations
Hors-ligne
Merci Cath, je comprends mieux.
Ton témoignage fait ressortir avec luminosité le pourquoi de cette expérience de la maladie. Le pourquoi ton âme l'a appelée.
Je suis heureuse pour toi, que tu aies cette conscience et cette force intérieure, qui ne t'a pas rendue prisonnière du "syndrôme de Caliméro".
Bisous
Lénah

0 appréciations
Hors-ligne
Bravo
\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\"la croyance ou le refus de croire révèlent tous deux de l\\\'ignorance[...]
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.