Conversations avec Dieu




un chien fait le moon-walk sur place

0 appréciations
Hors-ligne
:flech:


2 appréciations
Hors-ligne
Je voulais utiliser ce chien que je trouve génial dans un message,mais je ne savais pas comment, t'es très fort!
Lénah

0 appréciations
Hors-ligne
Karma - le karma que j'avais appris a accepter me donnait bien des reponses au sujet du monde et de ce qui s'y passe..ainsi que de ma propre vie et ses epreuves..et la, en lisant le 3eme tome de CAD, je lis qu'il n'y a pas de karma, que dans l'apres-vie chacun de nous choisit ou il/elle veut aller, revenir sur terre ou se reincarner dans une autre constellation..j'avoue que cela me perturbe un peu...pourriez-vous m'aider a y voir clair ? Ai-je mal compris ? Et puis d'un autre cote, cette decouverte me semble mieux illustrer notre libre-arbitre, nos choix alors que le karma parfois me semblait quelque chose de pre-etablie, donc de manquer de liberte. Votre avis ? :b2:
je n'ai pas de message a vous transmettre pour l'instant, j'aimerais juste vous dire ma joie d'avoir decouvert votre blog...je viendrais souvent m'y ressourcer. je viens ce soir de decouvrir les textes de Neale Donald Walsch que je ne connaissa
blogmaster

Si je me souviens bien, ce passage redéfinit plutôt se concept de Karma.

Le karma tel que nous l'avons compris la plupart du temps n'est pas une réalité absolue, mais un concept illusoire. Car il y a de la condamnation quelque part dans ce concept, même si cette condamnation n'est pas définitive.

Le libre arbitre s'exerce aussi vis à vis de la réincarnation. Le karma, si on veut garder ce concept en le redéfinissant, est alors la somme de nos expériences. Ce qui disparait ici c'est le déterminisme du pouvoir conditionnant du karma sur notre expérience. Ce karma ou ce véçu est un élément avec lequel l'âme va faire un choix.

Il est illusoire de croire que telle personne va "payer" dans une autre vie parce qu'elle nous a fait ceci ou celà. (sans parler du fait que nous nous sommes fait ça à nous même!)

Si tu lis un jour le livre "retour à dieu", tu n'auras plus aucun doute à ce sujet, à moins que... Mais c'est fort probable que non...

Divinamicalement.

P.S. il court après le :c9:

0 appréciations
Hors-ligne
Hier soir j'ai relu un passage de CAD Tome 2, dans lequel Dieu souligne la différence entre l'action et la réaction.

Dans l'action nous serions disposés à la libre création, alors que dans la réaction, nous ne serions que dans un processus de ré-action, ré-pétition, non pas libre, mais conditionné par des habitudes, des préjugés, et, comme tu le soulignes Blogmaster, par le jugement que l'on a tendance à porter à partir de nos préjugés.

Ainsi, en portant un jugement de valeur sur un acte posé, nous poserions en même temps, et en germe, un événement ou une situation à venir qui ne serait autre que la manifestation conséquente du jugement que l'on pense mériter quant à nos agissements.

Si je ne me trompe pas, le processus karmique ne serait donc pas un impératif inéluctable qui nous serait infligé de l'extérieur, mais une réalité relative créée par notre croyance et notre soumission en son existence.

L'idée que le karma existe est souvent temporisée par le doute ; mais l'idée qu'il n'existe pas dérange car cela remet en question notre conception de la justice et actualise la crainte de la culpabilité impunie.

Orang a relaté une histoire qui renvoit à cela par le biais de l'amour inconditionnel de Dieu. Mais je ne sais plus dans quel article ou post.

P.S. Mais où est caché le :c9: ? :flech:

2 appréciations
Hors-ligne
CAD n'est pas en contradiction avec des enseignements spirituels antérieurs. Il ne fait que les proposer sous un autre angle, en focalisant plus un aspect que d'autres.
C'est d'ailleurs ce qu'on fait tous les messagers spirituels.

L'hindouisme ayant détaillé très soigneusement cet aspect-là, permettez-moi de partager avec vous ce que j'en sais, je ne dis pas que c'est la vérité des vérités, c'est ce que j'en sais, c'est tout. A vous de voir;

La contradiction apparente vient de la confusion.

Ce qui subit le karma et ce qui se réincarne ne sont pas les mêmes choses.

CAD parle avant tout de l'âme, et nous encourage à nous rappeler notre nature angélique, pour nous aider à nous dé-identifier de cette personnalité et de ce corps.
Le but de l'âme est ce qui revient sans cesse dans CAD.
Il est évident que c'est l'âme qui voyage de corps en corps, se cachant derrière différentes personnalités, différents faux-moi se construisant à chaque naissance.

Dans CAD, le mot "âme" à le sens d'Esprit Divin, l'individuation de Dieu. Dans l'hindouisme, on l'appelle le Jiva.
A la mort, l'âme choisi un autre foetus dans lequel s'incarner pour faire s'offrir de nouvelles possibilités d'expériences. Elle est libre de ses choix. L'âme est totalement indépendante du karma. Elle n'en est que le témoin.

Après la naissance, le bébé petit à petit, par l'intermédiaire du mental, va construire le faux-moi, ce qu'on appelle l'ego, le personnage, qui s'appelle lénah ou simplette ou papayao.

On croit que c'est une personne, mais en réalité, ce n'est qu'un ensemble de caractéristiques et de tendances psychologiques qu'une pensée plus forte que les autres s'approprient, en disant "c'est moi". La sensation d'exister, le fait d'Être, le JE SUIS, s'est oublié et identifié à ce corps, ce mental, ces pensées.
(Cela fait partie du jeu!)

Ces caractéristiques et tendances psychologiques, et les pensées qui l'accompagnent créent un corps psychique mais qui n'est en aucun cas Ce Que Nous Sommes vraiment.
C'est le corps psychique qui est lié au karma et qui attire à lui tout ce qui est de même nature, de même énergie et vibration que lui.

Pour conclure, n'oublions pas que nous ne sommes même pas cette âme! Mais c'est déjà mieux de s'identifier à son âme qu'à ce corps ou ce mental.
Nous sommes ce qui est le Témoin de cette âme et de tout le reste : l'observateur de l'observateur de l'observateur... L'observateur non observé, nous dit CAD .

Lénah
blogmaster

Je comprend la nécessité de ne pas s'identifier au corps, au mental ou l'ame, mais "exclusivement". Il est vrai que nous sommes tous dieu de maniere individualisée. Et dieu est tout ce qui est...

cela suppose de savoir ce que signifie l'identification; serait ce la réponse pour cette question: Qui suis je?

Prenons garde dans notre évolution vers la réalisation de notre pleine divinité de ne pas rejeter une partie de notre ETRE. Cette erreur pourrait entrainer des tensions inutiles.

2 appréciations
Hors-ligne
D'accord avec toi.

Mais tu sembles associer "désidentification" avec "rejet", ce qui n'est pas la même chose.

Se désidentifier de ce corps, ce mental, ces émotions, cela ne veut pas dire les juger comme "mauvais" et les rejeter.

L'automobiliste qui s'identifie à sa voiture va péter un cable parce qu'on a éraflé son enjoliveur (expérience vécue...).
La personne qui s'identifie à ses opinions va se sentir attaquée et en danger si quelqu'un les remets en cause, et va réagir par de la colère ou se sentir rejetée, et l'être humain qui s'identifie à son corps va déprimer, ou souffrir, ou se sentir diminué quand les effets de l'âge vont commencer à le flétrir.

A l'inverse, l'automobiliste qui ne s'identifie pas à sa voiture ne la rejette pas. Il la voit pour ce qu'elle est: un véhicule qui sert à le transporter. Une caisse métallique sur 4 roues. Si on érafle son enjoliveur, qu'est-ce que ça peut lui faire? Il ne se sentira pas concerné ni touché personnellement. Cela ne l'empêchera pas cependant d'en prendre soin, de faire la vidange, les contrôles nécessaires afin que sa voiture continue à bien fonctionner et à lui être utile.
Il est en paix.

La personne qui ne s'identifie pas à son corps ne le maltraite pas pour autant. Au contraire! C'est quand on s'identifie à son corps qu'on se fait plus de mal, retournant souvent nos colères envers nous-même contre lui.
La personne qui ne s'identifie pas à son corps en prend soin "afin que son âme aie envie d'y rester". Comme l'automobiliste, elle sait que c'est un véhicule précieux. Lorsque le corps se met à vieillir, à se flétrir, à fatiguer, elle ne se sent pas concernée, sachant que son coeur et son âme ne peuvent en aucun cas vieillir, se flétrir et fatiguer, au contraire!
Elle est en paix.

La personne qui ne s'identifie pas à ses pensées ne méprise pas celles qu'elle observe en elle. Au contraire, elle en est curieuse et les laisse être. Elle sait que "ça pense" tout seul et qu'elle est juste le témoin de ces pensées. Elle choisi d'en écouter et d'en valider certaines, et de se détourner et de changer d'autres.
Elle sait que le mental est un outil très précieux pour organiser sa vie matérielle et l'aider à mettre en place concrètement ses désirs et aspirations mais elle ne l'utilise pas pour tout. Elle écoute aussi son intuition et ses sentiments, son ressenti.
C'est pour cela qu'elle n'est pas dérangée par les pensées différentes des autres. Au contraire, elle les écoute avec intérêt et ne ressent pas le besoin de se défendre.
Elle est en paix.

Lors de la dernière conférence à Paris, une femme a demandé à Neale pourquoi, s'il n'était pas "mal" d'avoir peur, pourquoi alors choisir l'amour?

Neale lui a répondu en utilisant l'exemple des habits. Quand un habit ne nous va plus, ou ne nous reflète plus, ou ne correspond plus à nos besoins, on en change, simplement. On n'est pas en colère contre cet habit, on ne le rejette pas, c'est juste qu'il ne nous intéresse plus, il ne nous convient plus.

Si on est heureux dans l'identification, restons-y!
Cependant, observons bien ce qui se passe dans le monde et pourquoi il y tant de guerre et de souffrances. Observons bien ce qui se passe dans notre vie et pourquoi nous ne sommes pas toujours heureux et en paix.

Pour ma part, m'identifier à mon âme ou encore mieux, à Dieu, m'apporte plus de paix que de m'identifier au corps, mental, émotion. Et non seulement la paix, mais cela me permet aussi de me rapprocher davantage de ma vérité et de la vision de ma réalité.

CAD dit que le problème de ce monde est un problème de "fausse identité", car on ne peut être identifié qu'à un seul "Je" à la fois. Le faux-je , ou le JE SUIS.

Oui, c'est vrai, ce corps, ce mental, ces émotions sont également Notre Création, ils font partie du plan,ils sont mêmes indispensable au jeu. C'est très bien montré dans les Nouvelles Révélations(je crois) quand CAD détaille les Illusions.
C'est pourquoi il ne s'agit pas de les rejeter, mais de les voir pour ce qu'ils sont: des illusions, des instruments, l'ombre de qui Nous Sommes vraiment.

Peux-t-on dire que l'ombre fait partie de notre ETRE ou en est-elle juste le reflet?

Namasté

Lénah
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.