Conversations avec Dieu




Pensée magnétique...

0 appréciations
Hors-ligne
Dans ce sujet, j'ai envie de partager avec nous des situations vécues dans lesquelles j'ai trouvé un rapport entre la nature, la qualité de mes pensées et le déroulement des faits. Pour que ce post soit assez digest, je vais le faire en plusieurs fois (une situation à la fois). N'hésitez pas à le ponctuer d'insertions libres...

"Deux copains de lycée se promenaient dans la campagne et sont arrivés sur une voie de chemin de fer désaffectée. Pour s'amuser, ils sont montés chacun sur un rail et se sont mis au défi de marcher le plus loin possible en équilibre sans poser pied d'un côté ou de l'autre.

Au bout de quelques secondes l'un commence à perdre régulièrement l'équilibre et se rattrape en posant le pied tantôt à gauche, tantôt à droite ; pendant que l'autre continue de marcher droit et sans encombre comme une gymnaste sur sa poutre.

Alors le premier demande au second comment il fait pour rester en équilibre, mais explique avant que, pour se motiver à rester sur le rail, il s'imagine que de chaque côté il y a un gouffre dans lequel il ne doit pas tomber. Force est de reconnaître que le danger imaginaire n'a pas longtemps suffit à le faire rester sur la voie... (ce à quoi tu résistes persiste...)

Alors l'autre lui répond : "moi, je ne m'occupe pas de ce qu'il y a, ou pourrait y avoir de chaque côté du rail. J'imagine que je suis comme un pendule dont le fil prolonge ma colonne vertébrale vers le ciel, et que Dieu tient ce fil. Et de fait, qu'importent les gouffres, et autres risques véritables ou fantasmés, je ne vois que le rail où je n'ai pas de raison de ne pouvoir évoluer en équilibre.

0 appréciations
Hors-ligne
Salut

C'est vraiment une très belle histoire. Je l'est lu hier et elle me touche. Elle me touche.

0 appréciations
Hors-ligne
Salut à Toi Sha Toine,
Curieusement, elle me touche aussi cette histoire, à chaque fois que je la relis. Pourtant j'en suis l'auteur, après en avoir été acteur.
Un peu comme si j'étais descendu du vélo pour me regarder pédaler..., comme si ce n'est pas vraiment moi qui l'avait relatée et que j'y redécouvrais quelque chose qui me dépasse, qui dépasse mon individualité.

Deuxième illustration :

"Les mêmes amis ont décidé d'occuper un moment de loisir en dessinant. Après dix minutes, l'un d'eux, gomme à la main, et convaincu qu'il ne sait pas dessiner, s'impatiente d'arriver enfin à faire un dessin qui ressemble à quelque chose. Pendant que le deuxième semble laisser glisser le crayon sans hésitation, et finit par donner un résultat esthétiquement appréciable. Alors le premier exprime son admiration et lui demande comment il fait. Le second explique qu'il imagine ce qu'il veut dessiner comme si c'était déjà dessiné, et avec son crayon il ne fait que suivre les traits qu'il voit déjà en imagination. C'est un peu comme si, au lieu de dessiner directement; il décalquait le modèle qu'il projète en imagination."

Cela me fait penser à certaines explications sur ce qu'est la prière : voir, avant sa manifestation, le résultat de la prière formulée, comme s'Il avait répondu avant même que j'aie fini de demander...

Amédy Thé.

2 appréciations
Hors-ligne
A voir..Voici la vidéo d'un peintre qui arrive a entrer en accord avec des âmes de
peintres partis de l'autre côté du voile et qui s'expriment encore par son
corps. Très étonnant et une belle preuve de la vie après la mort physique...

Lien ici:


http://www.youtube.com/watch?v=JhL4C78_YQs
"Je suis Toi, Tu es Moi". Nous sommes tous UN!

0 appréciations
Hors-ligne
Merci pour cette vidéo, Ange777,

C'est impressionnant et convaincant en même temps !
Personnellement, je ne rentre pas en trance, et je ne dessine pas les oeuvres d'autres personnalités (à moins que, sans le savoir..?).
Avec mes histoires de témoignages personnels, j'essaye juste de témoigner du fait que dans des situations simples, ordinaires et courantes de notre vie, nous pouvons nous aussi facilement appliquer certains des conseils proposés par Dieu dans CAD.

Une expérience, vue en cours de science physique au lycée, continue de m'inspirer des réflexions et méditations :
on met un aimant (joli mot !) sous une feuille de papier ; au dessus de celle-ci, on saupoudre de la limaille de fer, et on la voit se rassembler le long des lignes (invisibles) de force magnétique. Autrement dit, des "choses" (forces) invisibles, subtiles, précèdent, conditionnent, structurent l'organisation de la matière et des événements.

C'est ce qui semble se produire à travers le corps de Gasparetto, mais avec des âmes de peintres aux commandes. On parle sûrement de phénomènes semblables, et j'espère contribuer à illustrer certaines affirmations de CAD au travers de situations plus courantes et abordables pour la majorité de nos âmes individuelles aux commandes de nos vies du moment.

2 appréciations
Hors-ligne
Très belle illustration Papayo Merci
"Je suis Toi, Tu es Moi". Nous sommes tous UN!

2 appréciations
Hors-ligne
Passionnant, Papayao! Merci pour ces témoignages. Ce sont des histoires de mon livre préféré, celui qui nous enseigne le plus: le livre de la vie!
Namasté!
Lénah

0 appréciations
Hors-ligne
"Un joueur de fléchettes s'agace de constater la répétition de ses coups manqués et finit par les justifier par le fait que le point rouge au centre de la cible est bien petit et même ridicule comparé à tout l'espace qui l'entoure sur et hors cible. Puis, tout en continuant ses essais, il se met à penser à Guillaume Tell, Robin des Bois, Lucky Luke, et à d'autres personnages moins légendaires, comme ces joueurs de pétanque qui arrivent presque invariablement à dégager les boules gênantes de leurs adversaires. Comme si le projectile était doué d'une intention propre d'atteindre la cible choisie par le tireur.

Il réalise alors qu'au moment où ces gens tirent, il n'ont qu'une chose en tête : ils savent et voient leur projectile atteindre sa cible dans l'infime instant même où il décochent leur tir. Il se dit alors qu'il n'y a pas plus d'obstacle entre l'aiguille de sa fléchette et le centre de la cible qu'entre celle-ci et n'importe quel autre point autour. C'est donc aussi facile d'atteindre ce centre que n'importe quel autre point.

Tout en continuant de tirer, il observe ce qui se passe dans sa tête, au moment où il lâche son projectile. Et il finit par constater que ce dernier va presque invariablement dans la direction, ou à l'endroit, qu'il avait à l'esprit au moment de laisser la fléchette poursuivre sa course."

Cela me fait penser à un passage de CAD Tome 1 où Deu répond à Neale quelque chose comme : "Si l'objectif, la cible est Dieu, alors je te rassure, car je suis tellement grand que tu ne peux pas me manquer"
J'étais dans un car entre Sarajevo et Zenica, en Bosnie pour mes vacances, et j'ai éclaté de rire ; ce qui n'a pas manqué d'attirer l'attention des autres voyageurs. C'est un moment de bonheur...

0 appréciations
Hors-ligne
En parlant de rire, même si vous l'avez déjà vue, je vous recommande une vidéo que vous trouverez sur le net intitulée : " Bodhisattva dans le Métro ". Six minutes de pur bonheur sans raison.
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.