Conversations avec Dieu




Faudrait il donc éliminer tous les désirs?

2 appréciations
Hors-ligne
Non! Il suffit de les éclairer. «Qu?est-ce que je désire vraiment?» C?est merveilleux, un désir. C?est un parfum de joie qui nous vient. Mais tant qu?il n?est pas éclairé, on est confus: on croit que c?est telle chose qui nous attire, mais en réalité on veut tout simplement être tranquille. Quand les désirs sont éclairés, on n?est plus pris par aucun d?entre eux. Si l?objet désiré est là, c?est merveilleux; s?il n?est pas là, c?est merveilleux. C?est déjà merveilleux avant que l?objet ne se découpe par rapport à l?arrière-plan. Il n?y a pas d?indifférence non plus. On vit; on n?attend plus pour vivre. On n?est plus en train de sacrifier quoi que ce soit aujourd?hui pour pouvoir vivre mieux demain. On vit et cela se fait maintenant. On n?attend pas que la pensée ou l?action nous amènent le bonheur. C?est plutôt le contraire. À partir d?une profonde richesse intérieure l?action s?impose.
Ce n?est pas la pensée qui amène la tranquillité, c?est la tranquillité qui éclaire la pensée et l?action. Si la vision est généreuse, la pensée sera généreuse et l?action aussi. Nous vivons alors une vie qui a de l?envergure plutôt que des restrictions. Nous ne grelottons plus chaque fois que quelqu?un dit quelque chose sur nous ou chaque fois qu?un de nos désirs est contrecarré. Pourquoi ne pas vivre avec ampleur, exubérance et générosité? Notre structure est faite pour vivre ainsi. Nous pouvons sentir cela dans notre corps. C?est un outil merveilleux pour cela, car il ne ment pas. Le mental, lui, peut mentir très facilement...

source:
http://www.omalpha.com/coeurinstant.html

"Je suis Toi, Tu es Moi". Nous sommes tous UN!

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,

peut-être faut-il observer le désir pour ce qu'il est, et éliminer la confusion avec le "besoin", qui ne concerne que les choses vitales...

Unitudement.
Arnauld

"Comment puis-je produire cette foi ? Comment puis-je atteindre ce degré de foi ?

Tu ne peux y arriver. Tu ne peux qu'y être. Et je n'essaie pas de jouer sur les mots. C'est exactement ce que Je veux dire. Ce genre de foi - que J'appellerai connaissance complète - n'est pas quelque chose qu'on essaie d'acquérir. En fait, si tu tentes de l'acquérir, tu ne peux pas l'avoir. C'est quelque chose qu'on est, tout simplement. Tu es tout simplement cette connaissance. Tu es cet être.
Un tel état d'être provient d'un état de conscience totale. Il ne peut provenir que d'un tel état. Si tu cherches à devenir conscient, tu ne peux l'être.
C'est comme essayer de "faire" un mètre quatre-vingt-cinq alors que tu mesures un mètre soixante. Tu "feras" un mètre quatre-vingt-cinq quand tu deviendras assez grand pour l'accepter. Quand tu seras d'un mètre quatre-vingt-cinq, tu seras alors capable de faire tout ce que peuvent faire les gens d'un mètre quatre-vingt-cinq. Et quand tu seras dans un état de conscience totale, tu seras à même de faire tout ce que peuvent faire les être dans un état de conscience totale."

Cad, tome 3, Ariane éditions, 1999.

Pour ma part, je pense que nous pouvons désirer que ce que nous n'avons pas ! Quand je suis dans un état de conscience totale, je sais que tout est là et je n'ai donc plus le désir de l'avoir.
Maintenant, le chemin pour arriver à cet état de conscience est un chemin d'expériences et de Vie, donc pour Vivre tout ce que J'ai, ce que Je suis, j'expérimente le fait d'en manquer et donc, de le désirer. Le désir étant une excroissance de l'envie et l'envie étant :
"une émotion naturelle qui fait qu'un enfant de cinq ans souhaite pouvoir atteindre la poignée de porte comme le fait sa soeur - ou monter sur sa bicyclette. L'envie est une émotion naturelle qui vous amène à vouloir refaire une chose ; à fournir plus d'effort ; à continuer à lutter jusqu'à ce que vous y arriviez. (...) L'envie continuellement réprimée devient de la jalousie, une émotion qui n'est pas du tout naturelle.
A cause de la jalousie, des gens ont tué. Des guerres ont éclaté, des pays sont tombés."

Cad, tome 3, Ariane éditions, 1999.

2 appréciations
Hors-ligne
J'aime beaucoup ta réponse Essence de Vie, cela rejoint l'enseignement des Maîtres sur le désir et en même temps, comme l'a fait CAD, elle ne "diabolise" pas le désir qui est précieux pour celui qui fait un travail sur lui-même.

Comme souvent, CAD a une formule formidable : le désir du sage est devenu préférence. Entre plusieurs choses, j'en désire une plus que l'autre, mais ce n'est qu'une préférence, car si je n'ai pas celle-ci, les autres me vont bien aussi.
N'est-ce pas là la liberté?
Lénah

Ce qui reviendrai à dire:

Si l?objet désiré est là, c?est merveilleux; s?il n?est pas là, c?est merveilleux.

2 appréciations
Hors-ligne
Exactement.
Ce qui a résonné en moi dans cet article de Ange, c'est que lorsque je désire quelque chose, ou plutôt je pense avoir besoin de quelque chose, en fait je cherche quelque chose pour m'apaiser, je désire la paix.
En fait, je l'extrapole plus sur le besoin que le désir, qui peut n'être qu'une préférence.
Le besoin est un sentiment de manque impérieux.
Et l'erreur, bien sûr, et de croire que c'est quelque chose d'extérieur à moi qui va me le donner. C'est le conditionnement mental.
Lorsqu'on a un désir, c'est l'appel de notre âme à réaliser que ce sentiment de manque est plutôt un manque de conscience.Cela peut être un signe de rappel pour nous d'élever, d'ouvrir notre conscience.
Lénah
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.