Conversations avec Dieu




Est-il possible que...

Bonjour à tous que je n'ai pas lus depuis pas mal de semaines...
En fait, je ne me reconnais pas ces temps-ci. Je ne retrouve pas le Papayao de mon inscription sur ce blog le 25/10/2009. Je ne retrouve pas le lecteur enthousiaste de CAD qui trouvait évidents les propos de CAD et qui pouvait même les illustrer de moments de son expériences.

Ce que je vis depuis quelques semaines ressemble à une rechute dépressive. La gorge serrée, des idées noires qui se bousculent et se répètent, une presqu'impossibilité de me concentrer sur une lecture ou de respecter le planning que j'avais prévu pour la journée...
Mon âme aurait-elle donc choisi de faire l'expérience récurrente de l'absence d'énergie, du manque d'enthousiasme, de la déception, du découragement, de l'insatisfaction, de la non réalisation systématique de ce que j'avais imaginé faire de ma vie ?
J'ai l'impression d'avoir plongé dans un lac, mais de ne pas retrouver le trou dans la glace pour repasser au dessus de la surface. Je manque d'air, je m'inquiète et j'ai l'impression que c'est d'autant plus difficile que, contrairement à beaucoup de gens, je sais qu'il y a autre chose là, à seulement trois ou quatre centimètres, de l'autre côté de la glace.
Suis-je donc venu faire l'expérience mazochiste de ce mal-être, et comme si ça ne suffisait pas, de la conviction de l'impossibilité d'en sortir ?
Même Bodhisattva dans le métro me ferait plus pleurer que rire.
Pourquoi ce que j'ai lu dans CAD et qui me parlait ne semble plus avoir de prise sur moi, comme si c'était écrit dans une langue que je ne comprends pas ?
Je ne me résouds pas à en finir violament, mais tous mes actes ressemblent à un suicide à petit feu, un sabotage subtile et progressif.
Et cet ordinateur qui semble avoir été pris par le gel et qui me renvoit en double une impression de dysfonctionnement...

D'ailleurs je voudrais savoir pourquoi trois fois sur quatre il me répond que j'ai mal recopié le nombre présent à gauche, et supprime au passage tout ce que j'ai écrit.
Azurea

Bonjour Papayao, Ce qui t'arrive, c'est normal tu sais.Et je pense que c'est arrivé à beaucoup d'entre nous. A la lecture de Cad, notre âme exulte, ayant enfin trouvé les mots qu'elle cherchait, la lumière jaillit, nous sommes enfin nous-mêmes. Cela dure un temps et puis ... et puis à nouveau les idées noires, le désespoir, ce que tu vis actuellement. Cela m'est arrivé plein de fois. Et à chaque fois, il y avait une raison : quelque chose à comprendre dans mon chemin, une compréhension nouvelle qui finalement est arrivée. Parfois seulement, me rendre compte que je devais encore et encore faire l'expérience de ce que je ne suis pas, pour enfin décider d'être ce que je suis. Accepte ce moment("Ce à quoi tu résistes, persiste" ..., même si cela semble si dur. La lumière reviendra,et tu verras que petit à petit, tu vivras ces moments difficiles avec de plus en plus de détachment et de facilité ... jusqu'à ne plus avoir besoin de les vivre. Courage.
blogmaster

Je sais pas pourquoi les messages s'effacent tout le temps, ca m'arrivait aussi, alors je fais toujours un copié avant d'ajouter ma réponse...

J'avais deja vu ce genre de rechute dans un groupe de rencontre cad... lis toujours l'article "facile a dire, facile a être", dans la catégorie feuilles de liaisons des groupes cad, peut être y trouveras tu des pistes...

En gros, ce que tu traverses est normal et pas grave du tout. C'est un peu comme un passage obligé (non pas vraiment, pas dans l'absolu, mais il semble récurrent). Des douleurs de croissance, quoi!

Tu as traversé une période d'euphorie apres la lecture de cad, je suppose? L'âme était trop heureuse d'être découverte...

Mais maintenant, elle te demande: et tout ca, tout ce bordel accumulé dans l'inconscient pendant des années, j'en fait quoi?

Elle attend seulement ta réponse.

Oh, je sais, ca peut parfpois être très virulent, plein d'émotions soi-disant négatives. Sans doute parce que tu résistes, et ce contre quoi tu résistes, persistes.

Donc, courage, acceptation et lâcher prise... tiens, ange777 vient de poster un message sur le lâcher prise, un très beau texte de Eckhart Tolle... quelle coïncidence!

Divinamicalement. :by:

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Azurea,
Merci pour ta réponse et pour le courage que tu me communique.
Une amie à lu mon message, puis m'a appelé ce matin. Elle m'a exprimé des choses dans le même sens que toi, et cela me fait du bien. Merci à vous.
Après avoir posté mon message, j'ai lu celui d'Ange 777 "le pouvoir est dans le lâcher prise". Il faut reconnaître que c'est juste à propos.
C'est curieux, cependant, comment de tels propos me paraissent clairs et concrets quand je vais bien, et comment ils m'apparaissent en revanche tellement théoriques et abstraits quand ça va moins, alors que c'est justement quand ça va moins bien qu'on aurait besoin qu'ils nous aparaissent concrets et pratiques.
"Quelque chose à comprendre"... oui, je suis d'accord et j'aime bien ça. Mais en ce moment j'aimerais tellement vivre plus que comprendre.
Ceci dit, je n'ai pas (intellectuellement parlant) de doute sur ce que tu écris. Je vais faire en sorte de le laisser "infuser" pour que cela déborde ma seule compréhension intellectuelle.

Au plaisir...
blogmaster

Je viens seulement de lire la réponse de Azurea après avoir posté mon message (une fenetre était restée ouverte plus d'une heure sur mon ordi), et c'est a peu de chose près ce que j'ai voulu exprimer... belle synchronicité, encore une fois!
blogmaster

Nos lettres se sont croisées dirait-on... a quelques secondes près...
ca, c'est encore plus fort que de la synchronicité! héhéhé... dieu nous fais un clin d'oeuil:


Bonsoir Papayao !
Des hauts et des bas, l'être humain est ainsi fait. Cet émerveillement que tu as ressenti lors de la lecture de CAD, grave-le en TOI, rémémore-Toi ce que tu as éprouvé afin de pouvoir te servir de ces souvenirs agréables pour calmer tout départ d'une période dépressive.
Ecoute-Toi ! tu repéreras ainsi les signes annonciateurs, que tu pourras éradiquer facilement dès leurs prémices.
Concentre-Toi alors que ta respiration ! Une inspiration normale pour une expiration plus longue afin de décompresser, te ressentrer sur tes ressentis corporels, te détendre, te souvenir du bonheur du chant d'un oiseau, d'un arbre au printemps, de la caresse du vent, ce qui te fait vibrer quoi, et tu verras tu lâcheras prise.
Crois en TOI !
Je vois que tu vas mieux, c'est bien, mais entretien ton mieux-être, savoure-le afin qu'il soit toujours là.
Bonne soirée
Marie Christine
Sophrologue
www.sophrologie66.fr

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Blogmaster,
Merci.
Tu viens de poster ta réponse juste quelques 40 secondes avant la mienne à Azurea. Et cette amie qui m'a appelé ce matin, m'a dit avoir visité le blog hier soir peu de temps (minutes) après que j'aie posté mon message, alors qu'elle n'était pas passée par la depuis quelques semaines...
ça illustre bien le fait que les connections ne passent pas que par nos fournisseurs d'accès internet, et ça me rassure un peu.
J?ai découvert CAD en 2004 ou 2005 à Marseille, alors que j?étais dans un état plus préoccupant que ces derniers jours. C?était devenu mon livre de chevet, et parfois la lecture d?une ou deux pages au hasard constituait comme une petite dose d?antidépresseur naturel.
Bien avant ça, j?avais découvert « La vie des Maîtres » de Baird T. Spalding, en 1986, et encore avant cela, « Autobiographie d?un Yogi » de Paramahansa Yogananda en 1982 ou 1983.
Alors, oui, j?ai connu ces moments dont tu parles, comme Azurea, et qui succèdent à des moments d?enthousiasme et d?euphorie. Parce qu?on est bien obligé d?être confronté au contraste entre ce que l?on perçoit et ressent à la lecture de ces oeuvres, et ce que l?on ne met pas aussi spontanément en application une fois le livre reposé sur la table de chevet.
Je n?ai pas le sentiment que l?âme soit trop heureuse d?avoir été découverte. J?ai surtout le sentiment d?être malheureux de ne pas lui laisser plus que cela la place qui lui reviendrait. Si j?ai bien compris CAD (et je l?espère) l?âme n?est ni impatiente, ni douloureusement affectée de ce que ressentent le corps et l?esprit. Mais ces deux là, qu?est-ce qu?ils morflent à ne pas la comprendre mieux !!!
Quant au « bordel » qu?ils ont mis pendant si longtemps dans l?inconscient (avec l?aide des héritages trans-générationnels), je soupçonne en effet qu?en dépit de leur souffrance, ils ne soient pas disposés à « l?abandonner » , comme s?ils se disaient : « un tien douloureux mais connu vaut peut-être mieux qu?un souhaité suffisamment mal connu pour alimenter le doute ».
Cela me rappelle le paragraphe d?un livre (« Les Renoncements Nécessaires » d?une psychologue américaine dont je ne me souviens pas du nom) qui parlait d?un bébé qui avait été ébouillanté volontairement et qui, contre toute attente, réclamait a renfort de longs cris la seule personne qu?il savait réclamer : sa mère? qui l?avait volontairement ébouillanté?
Alors quelle est ma réponse ? Que faire de ce « bordel » ?
J?ai encore du mal avec la notion « d?acceptation » que je ne suis pas sûr de comprendre. J?ai tellement supporté, enduré, encaissé, pendant des années qu?accepter me semble rimer avec capituler et me résigner à voir cela durer encore et encore, accepter de rester une victime qui ne se défendrait même plus. Non, je ne veux plus être cela ; mais je dois reconnaître que cela persiste?

Bon, ça va quand-même mieux qu?hier.
Merci à vous? et à moi d?avoir enfin eu l?humilité de lancer un appel. Papayao

2 appréciations
Hors-ligne
Voici une clef:

Se libérer des pensées et en devenir l'observateur:

Libérer les pensées, c'est faire en sorte qu'elles ne laissent pas de trace dans notre esprit, qu'elles ne l'enchaînent pas dans la confusion (....)
Il faut essayer de rompre pendant quelques instants le flot des pensées. Sans entretenir les pensées passées, sans inviter les pensées futures, on demeure, ne serait ce que brièvement, dans un état d'éveil au moment présent, libre de pensées discursives. Peu à peu on devient capable de prolonger cet état d'éveil. Aussi longtemps que les vagues agitent un lac, ses eaux restent troubles. Dès que les vagues s'apaisent, la boue se décante et l'eau retrouve de sa limpidité. De la même façon, lorsque les pensées discursives se calment, l'esprit devient plus "limpide" et il est alors plus facile de découvrir sa nature.


"Je suis Toi, Tu es Moi". Nous sommes tous UN!

0 appréciations
Hors-ligne
Salut papayao,

Cela m'arrive aussi a chaque fois que j'ai une prise de conscience avec CAD ou une grosse période de re-découverte de qui je suis vraiment.

Je cois que le fait de prendre conscience de chose dont tu n'avait plus conscience nous confronte dans nos habitude de pensé. Nous mes mal a laise. Ce que nous nous rappelons dans CAD est extrément fort, clair et explicite. Il faut un moment pour le réintégrer. Comme ci nous fesion trois pas en avant sur un chemin déstabilisant. Il nous faut une période d'adaptation. Nos prise de conscience sont énorme et le travaille psycho est bien présent d'en la mesure ou cela bouleverse qui nous sommes. Le grand Je.

Toute mes pensé les plus belles.
N'oublie pas que la force est toujours avec Toi.
blogmaster

effectivement Papayao, l'ame n'est aucunement perturbee par ce que font le corps et l'esprit, ce n'etait qu'une formule, une figure de style (utilisee dans cad tome 1, cela dit...) plutot qu'une verite.

La reponse de Ange777 propose, pour l'exprimer autrement, une desidentification de notre processus mental en se recentrant sur le present, ou sur notre etre profond; methode chere a Eckhart Tolle qui est tout a fait compatible avec cad.

C'est un sujet assez recurrent sur ce forum, et tu n'es pas le seul a etre confronte a cette difficulte, je suspecte que pas un d'entre nous n'y echappe.

C'est parce que toute croissance necessite l'exposition en pleine lumiere de tout ce qui ne s'accorde pas avec toute nouvelle version de soi. C'est ce que j'ai vulgarise par le terme "bordel", tu l'auras facilement compris, et le psyche ne peut conserver des choses contadictoires sans se manifester.

Le defi est d'arriver a accepter sans s'identifier. Il y a la une grande confusion entre ces deux choses totalement differentes. Accepter ne signifie pas se resigner, accepter n'empeche pas de faire un choix d'une version plus grandiose de qui je suis, mais enleve toute attente de resultats dans le monde exterieur. Mais s'identifier, c'est ce qui bloque toute evolution d'une situation (sauf si l'ame a un autre plan, un autre dessein).

Ce qui rend difficile l'application pratique de ce processus de recreation de soi, c'est la culpabilite qui accompagne souvent toute prise de responsabilite et toute acceptation. Le sentiment d'avoir ete persecute est une forme subtile de culpabilite. Cette culpabilite est generee par la croyance de ne pas etre aime et cette impression genere une autre croyance, celle d'etre incapable ou de ne pas arriver a aimer.

face a de tels defi dans ma vie, ma resolution est de voir l'opportunite qu'ils representent. Cad conseille d'aller directement vers qui tu es; comme tu le dis toi meme, l'ame n'est aucunement affectee par quoi que ce soit, et ce que tu choisi d'etre, de devenir et d'experimenter, ton ame l'est deja! Et c'est bien de la qu'il faut demarrer: choisir un etat d'etre ( voir "les porteurs de lumiere", article sur ce blog). Ensuite, comme il semble inevitable que certaines emotions ressurgissent (deprime, colere...), les considerer comme des opportunites. Qu'en qui est signifie par opportunite? je vois ca comme un synonyme de "preuve"; plutot que de considere l'obstacle en tant que tel (que cet obstacle soit une emotio ou un evenement), le prendre comme un signe irrefutable que le nouveau soi est dores et deja cree, et qu'il a atteint nos profondeurs, d'ou la resurgence de ces emotions soi disant negatives...

Bien entendu, le travail sur le psychisme peut s'averer utile, mais s'il n'est pas accompagne d'une recreation de soi, c'est a dire une redefinition complete de nos pensees racines, ce travail sera insuffisant; tout comme une fuite dans la spiritualite peut s'averer etre un desastre psychique, d'ailleurs... La conscience doit accompagner tout processus a tous les niveau de notre etre en trois parties, d'ou la necessite d'apaiser le jeu comme le propose Nympheaz et de sortir du jeu du mental pour arriver a la pleine conscience.

Comme c'est fort theorique tout ca, je m'en rend compte, en fait. En parler ne remplace pas l'experience...

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir Nymphea7, Bonsoir Ange777, Bonsoir Sha Toine, Bonsoir Blogmaster, Bonsoir Sherlock Holmes...

Je ne sais pas chez vous, mais chez moi en Picardie du nord, limite Pas-de-Calais, il a fait très froid ces derniers temps.... :hf: Puis vous êtes passés par là, vous avez dardé quelques rayons et malgré quelques pluis passagères , les températures sont repassées au dessus de zéro...

Certaines choses que l'on sait déjà reprennent parfois un nouveau relief, une nouvelle vie quand elles nous sont rappelées par d'autres.

:b2: à vous

0 appréciations
Hors-ligne
Tu as l'oeil brillant et d'une clarté limpide.....
Les toits sont saupoudrés de sucre glace ce matin et le soleil se met à briller. D'ailleurs, les jours derniers, n'était-il pas déjà là?????
et :by:
sherlock
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.