Conversations avec Dieu




conversation avec Amel

Conversation avec Amel

Bonjour Amel,

J?aime la façon claire et directe avec laquelle tu poses tes questions. Cela fait un contraste avec ma façon d?arrondir certains angles, de ne pas oser certaines formulations (comme quand tu réponds « c?est bien « joli », mais? »).

Je n?en suis plus tout à fait au même niveau de questionnement que toi, mais je reconnais quasiment tous les doutes, toutes les questions qui ont été les miennes à différentes époques, même parfois récentes. Il arrive parfois que la bulle s?élève, portée par l?enthousiasme d?une prise de conscience, d?une compréhension ; on se laisse porter par ce souffle nouveau? Puis à l?occasion d?un retour à une tache habituelle de notre vie de tous les jours, la bulle éclate, et face à une situation habituelle, ou inhabituelle mais inconfortable, on reprend spontanément les « outils » , les façons de réagir, de réfléchir, de penser, de regarder, de considérer, de « comprendre », on n?agit pas tel qu?on pourrait le faire à la lumière de cette de bulle de compréhension ci-dessus, on réagit en empruntant les ornières habituelles.

Ainsi, quand tu dénonces les réponses toutes faites ou évasives des religions monothéistes (notamment), je te rejoins volontiers. Comme si ces « Ecritures Saintes » étaient faites pour nous dicter comment se comporter bêtement en toutes situations, sans jamais se demander pourquoi, et surtout sans jamais remettre en question « l?ordre » établi. Soyez des brebis (des moutons) et suivez le pasteur? ou des goélands (Voir « Jonathan Livingston le goéland »).

Pour autant, j?ai un peu le sentiment que dans la forme de ta demande il y a quelque chose qui semble indiquer que ton esprit reste structuré suivant ce schéma ; comme si tu écrivais : « Ces « Ecritures Saintes » ne me conviennent pas, ne répondent pas ou pas suffisamment à mes questions, à mon besoin de comprendre et de vérifier ; s?il vous plait indiquez moi en quoi CAD pourraient être les Ecritures Saintes qui répondent enfin à TOUTES les questions et m?apportent les éléments de preuve dont mon esprit a besoin pour croire avant de me comporter en conformité avec ces recommandations? »
Si ma perception est à peu près juste, cela pourrait signifier que tu veux vraiment prendre la mer, mais tu n?as pas fini de larguer toutes les amarres.
Quand j?étais au CE1 (à 7 ans) et ma s?ur en CE2 (à 8 ans), je savais faire les additions et un jour je suis tombé sur son cahier d?exercices. Il ya avait un exercice qu?elle venait de faire où apparaissaient : 2 x 1 = 2 ; 3 x 4 = 12 ; 2 x 2 = 4 ; 4 x 5 = 20? J?ai éclaté de rire et j?ai tout corrigé : 2 x 1 = 3 ; 3 x 4 = 7 ; 2 x 2 = 4 (ça c?était juste) ; 4 x 5 = 9?
Dans mon esprit il n?existait pas encore la notion de multiplication. Je ne connaissais que l?addition, et j?ai simplement cru qu?en écrivant 2 x 1 = 2, elle avait juste écrit le signe « + » de travers, en italique « x ». J?ai résonné avec la seule « grille de lecture » que je connaissais, et j?ai dû adapter la réalité à ma grille de lecture pour lui trouver un sens à peu près acceptable : ma s?ur est nulle en calcul. En fait, tu l?as compris, c?est ma grille de lecture qui n?était pas adaptée à la compréhension de la réalité qui se présentait à moi.

Ainsi, je pense que pour trouver dans CAD les réponses à tes questions, tu as d?abord besoin de réaliser que ton approche habituelle est une approche parmi d?autres mais insuffisante, inadaptée ; et que tu peux développer une approche différente, plus large et plus adaptée à la lecture des réponses que tu recherches. C?est comme un exercice d?assouplissement spirituel qui est d?autant plus nécessaire qu?on a grandi et été structuré suivant des schémas assez rigides (comme dans certaines religions).
Si tu me pose la question : « de quelle couleur est le ciel ? » et que je te répond « Nebo je danas plavo », ma réponse a beau être juste, elle ne t?est d?aucune utilité si tu ne comprends pas le serbe, le croate ou le bosniaque.
Je me posais les mêmes questions que toi, et parfois je me les repose à nouveau, après avoir oublié les réponses que j?avais pourtant reçues ; et j?ai commencé à pouvoir recevoir et comprendre les réponses en remettant en question jusqu?à ma façon d?approcher ce que j?observais.
Ainsi, quand Orang te balance tout cuit : « le mot « injustice » que tu prononces n?existe pas », maintenant je le comprends, mais à l?époque où je me posais les mêmes questions que toi, ça aurait pu me fâcher avec ce blog. Parce que ce qui m?a fâché avec la religion c?était précisément ce type d?affirmation contre-intuitive dont j?avais été abreuvé pendant des années par des personnes qui avaient utilisé la religion, les textes pour me dire : « c?est comme ça, c?est tout, obéis ! ». Pour me faire adopter l?attitude qui les arrangeait eux.
Bon, je prenais juste cet exemple, mais qu?on ne s?y trompe pas, il ne m?a pas échappé que dans la suite de son post, Orang développe avec une intention autrement plus bienveillante que l?aurait supposée, à l?époque, ma susceptible « contre-intuition ». Tu auras d?ailleurs remarqué que dans ce forum, contrairement à beaucoup d?autres (tous thèmes confondus) ceux qui s?y expriment sont fondamentalement bien intentionnés. Et si je ne comprends pas toujours toutes leurs « jolies » affirmations qui m?apparaissent parfois copiées-collées ; elles ont au moins le mérite d?êtres jolies, de rester accessibles, et même de s?avérer juste à la relecture après un certain temps « d?infusion » (j?aime le thé). Et puis au moins, tu n?es pas sommé d?être d?accord avec tout ; chacun s?exprime, chacun retient ce qui lui parait juste et cohérent, adapté à la découvert de Soi et des Sa vérité.
Maintenant, j?ai compris et accepté que nous ne fonctionnons pas tous de la même manière (au niveau personnel et individualisé), que certaines personnes, comme ma grande s?ur, fonctionnent et s?expriment ainsi (comme Yants, sur ce blog), et que pour les comprendre, j?ai parfois besoin d?utiliser une interface pour traduire leurs propos dans une langue que je capte mieux.
En l?occurrence, j?ai coutume de dire qu?on ne peut pas répondre à une question qui n?est pas posée. Toi tu poses clairement tes questions, ce qui montre que tu as fait en toi la place pour accueillir une réponse. C?est un peu comme la résolution à une (ou plusieurs) inconnue : X. Là, je commence à utiliser un langage un peu mathématique qui ne convient pas à tout le monde, mais auquel tu seras peut-être sensible ( ?).
Et pour m?amener à comprendre, intégrer la notion de « multiplication, c'est-à-dire à adopter une approche différente pour me permettre de mieux capter le message de CAD (par exemple) j?ai commencé par me dire : « je n?ai pas le choix qu?entre seulement deux approches :
1. Soit j?accepte et crois sans transition ni preuve, ce qui m?est affirmé ,
2. Soit je ne le comprends pas et je refuse donc de le croire, et y reste hermétique jusqu?à nouvel ordre.
Non, j?ai maintenant un troisième choix : je peux supposer que ce qui m?est affirmé est peut-être vrai, je vais appeler « X » ce que je ne comprends pas encore dans ce qui m?est dit (je lui concède une place dans mon esprit, dans ma compréhension) , et je vais prendre le temps de vérifier, de le mettre à l?épreuve de ma réalité ; voire même : je vais parfois partir de l?hypothèse que ce qui est affirmé est vrai, que mon sentiment de réalité est une illusion ou empreint d?illusion que je vais passer à l?épreuve de la susdite affirmation. Bref, je m?habitue à une gymnastique d?assouplissement spirituel pour tester, essayer, vérifier ma compréhension des choses avancées dans CAD.
C?est un fait, mon mental, mon intellect pèsent dans cette vie que j?aurais, dit-on, choisie de vivre. Dans la mesure où, pour moi, Dieu est le principe d?existence, c?est alors fondamentalement ce qui fait que ce qui existe peut exister (même sous forme d?illusion) et qu?à un niveau ou un autre il s?y trouve nécessairement une dose de compatibilité avec Dieu. Donc mon mental et mon intellect comportent une part de compatibilité avec cette Vérité Divine que je recherche, comme, paraît-il, chacune de mes cellules comporte une part du schéma global de mon être : l?A.D.N.
Désolé pour les poètes, mais la « poésie » scientifique me parle parfois mieux? Elle est moins « jolie », mais peut-être parle-t-elle aussi à d?autre ? L?important n?étant pas la forme?
Tu vois, Amel, toi tu es direct, moi je me surprends encore en train de me justifier?
Donc, pour revenir à ta question, notamment sur la notion d?injustice (ensuite sur le prétendu choix de vie fait avant la naissance), je me suis dit : « je ne suis apparemment pas complet, je ne semble pas tout savoir, c?est du moins ce dont témoigne mon questionnement, alors je vais supposer que ce que j?appelle l?injustice est juste le résultat d?un jugement de valeur subjectif et partial, le fruit de la compréhension limitée et incomplète de l?Être Humain. Je vais supposer que vu sous un autre angle, les choses apparaissent probablement de manière plus cohérente, notamment du point de vue de Dieu puisque je me suis aussi réconcilié avec l?idée de son existence.
Tu as déjà vu comment les enfants jouent à la poupée, aux soldats ; à 10 ans, mon ptit frère jouait avec des Big Jims, des Action-Joe? des Barby très « virils »? Parfois ils mettent en scène des relations entre les poupées, les nounours et autres figurines qui ne sont pas empreintes que de tendresse ; et les pédagogues et autres pédiatres nous expliquerons l?importance que revêtent ces mises en scène en termes de transferts affectifs, d?identification, etc. Je ferai aussi un petit détour par les comédiens qui s?identifient parfois tellement à leur personnage qu?il n?en ressortent pas forcément indemnes (on a l?exemple assez récent de Marion Cotillard dans « La Môme ») et puis, on a aussi le témoignage des millions de spectateurs (dont nous sommes) qui ont beau savoir qu?ils regardent un film, une fiction, une pièce de théâtre, ne se laissent pas moins abuser avec leur volontiers consentement parce que ce qu?ils veulent, c?est précisément ressentir ces choses, directement ou par procuration.
Il y a aussi de plus en plus, surtout pour les plus jeunes, l?expérience des jeux vidéos ; ils le savent bien que ce ne sont que des jeux, des réalités virtuelles, auxquels ils ont accès via leur station de jeu et leurs ordinateurs ; les sensations et émotions qu?ils éprouvent n?en sont pas moins intenses et participent aussi de l?expérience de leur existence au travers de ces sensations.
Je ne rentre pas là dans le débat de savoir si ces expériences les rapprochent ou les éloignent de l?expression la plus élevées de Ce et de Qui ils sont vraiment?
Et ben moi j?dis qu?Dieu il est en train de jouer à un putain d?méga jeu vidéo où, par sa toute puissance, il joue le rôle de tous les personnages en même temps : nous, et fait l?expérience de ce qu?il est et n?est pas en même temps.
Non, sans blagues, si les microscopiques humains sont capables, sur leur microscopique planète perdue dans leur microscopique galaxie? de faire ça en ligne (Worlds of Warcraft, si je n?m?abuse), comment Dieu ne pourrait-Il pas faire ce que je viens d?écrire. D?ailleurs c?est lui qui vous écrit ça à travers moi. Rappelez-vous : qui peut avoir un sens de l?humour aussi grand si ce n?est Lui.
Bon, j?memballe?
Nous voulons donc faire l?expérience de notre existence, de nos sens en nous confrontant à des expériences ou des témoignages d?expérience qui titillent nos papilles sensorielles. Avouons le ce genre d?expérience nous apporte des éléments, même virtuels, qui nous permettent de faire l?expérience de nous-mêmes au travers de ce qui, en nous, adhère ou pas, s?identifie ou pas, se reconnaît ou pas, vibre ou pas à l?unisson de ce qui nous est donné d?être témoin passif ou participatif.
Et donc le sentiment que tu éprouves en sachant qu?un très jeune enfant est en train de mourir dans d?atroces souffrances, alors que de ton point de vue il n?a rien fait pour « mériter » cela, c?est l?injustice, parce que toi (petite âme, cellule individuelle et personnalisée de Dieu) tu es venu avec, entre autres projets dans ta liste de choses à vivre, être, faire et avoir dans cette vie : de ressentir ce que peu bien être l?injustice en contraste avec une définition humaine de la justice.
Puis l?âme qui a fait l?expérience de la mort de faim dans d?atroces souffrances, s?en est retournée (enfin je suppose, là je me fais plaisir en te racontant des choses qui semblent coller à l?idée que beaucoup se font de la chose ici, et je dois dire que je te le dis surtout parce que c?est la version qui me convient le mieux dans l?état actuel de ma compréhension), s?en est donc retournée dans la Loge Divine, dans l?attente d?un nouveau rôle, un nouveau karma à endosser pour revenir sur scène, celle-ci ou une autre maintenant ou à une autre époque, ici et maintenant de toute façon, faire d?autres expériences.
Et comme les meilleurs comédiens, mieux que les meilleurs comédiens, nos âmes ne jouent plus les rôles qu?elles choisissent (ou se voient confier ?) elles les vivent vraiment. Quand elles pleurent, elles sont vraiment tristes, quand elles rient, elles sont vraiment joyeuses, quand elles jouissent, elles ont vraiment du plaisir. Et moi, quand je bavarde, je ne fais pas semblant non plus?
Hier, je me suis tellement gratté le mollet, où une ortie m?avait piqué, que j?ai abîmé ma peau que j?ai mise à vif. Je n?en mourrai pas, je n?ai même pas pleuré. Mais je t?assure que j?aime mes jambes, je m?efforce quand-même d?en prendre soi ; mais je me suis quand-même demandé combien de mes cellules j?avais ainsi altérées, détruites?
Alors quand il y a une guerre quelque part dans le monde, quand des gens meurent de manière « injuste », je me demande parfois quelle ortie a bien pu piquer Dieu?

Fichtre ! déjà 5 pages ! je te laisse, je ne voudrais pas rater « Plus belle la Vie » sur la 3.
Aux plaisirs !
A l?Un

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Alun,

Tout d?abord merci de m?accorder tout un sujet?mon orgueil n?a jamais été aussi démesuré?

J?ai pris le temps de tout lire, même si je n?ai pas tout « assimilé »?je comprends les grandes lignes de ton intervention.

Dans la vie je suis une femme entière et directe?ca peut être une qualité mais aussi un défaut rarement apprécié des autres?
Surtout en ce qui concerne la mystique et la spiritualité (pour ne pas mentionner la religion), je ne vais pas par quatre chemin?un chat est un chat !

J?ai compris que chacun était une personnalité à part entière, que chacun possédait sa propre vérité et que chercher à posséder celle de l?autre ou des autres était non seulement vain, mais n?apporte ni la paix ni la compréhension.

Le problème des religions est à la foi(s) simple et complexe? Je n?ai rien contre les « prophètes » et autres qui n?ont fait qu?exprimer tout haut leurs découvertes, leurs expériences, leurs compréhension?leurs vérités?je hais ceux qui les ont reprises et en ont fait un carcan politico-socialo-communautariste?

De là, découle ma quête de vérité et pour en revenir à ce que tu me dis :

« Et ben moi j?dis qu?Dieu il est en train de jouer à un putain d?méga jeu vidéo où, par sa toute puissance, il joue le rôle de tous les personnages en même temps : nous, et fait l?expérience de ce qu?il est et n?est pas en même temps. »

Je veux bien tout ca mais Dieu a-t-il oublié que chacun des personnages de son jeu a une identité, une personnalité et des émotions ? Et surtout une capacité à souffrir ? Intervient t?il à ce moment là ou? ? Comprend-il à un moment donné qu?on lui en veuille de nous « faire souffrir » et qu?on finisse même par le haïr voire rejeter son existence ?

Lorsque je souffre, que je pleure, voire que je « pense que la meilleure solution serait d?en finir? » et qu?a coté de moi j?ai d?autres personnes pour qui tout va pour le mieux, j?ai du mal à « accepter » que Dieu JOUE ! Ou que tout ca fait partie de son dessein pour moi?

Je parviens petit à petit, avec le temps et surtout la lecture (dieu bénisse les livres) à « comprendre » mais pas encore à « accepter » certaines VERITES? mais toujours en me disant, comme toi, que « c?est la version qui me convient le mieux dans l?état actuel de ma compréhension »? et que demain sera un autre jour?

Sur ce?moi je trime au bureau là?mais je suis (enfin) en vacances ce soir?départ pour la Tunisie, mon cher pays de naissance? donc je mettrai un peu de temps à converser avec toi?et les autres?

Je vous souhaite a tous la paix, l?amour et la joie !

AMEL.
Amel

Merci Alun pour ce partage très bien structuré et ponctué de sens...
Carole

Bonsoir Amel,

Tu pars pour la Tunisie, moi je m'en vais passer quatre jours en Suède, et malgré cet éloignement spacial apparent, nous n'avons jamais été aussi proches, ou pour le moins en mesure de communiquer.

Mais pour ce soir ce sera post allégé parce que j'ai encore mes bagages à préparer.

Juste pour te dire que dans ton expression, tu me confirme un peu ma supposition : en continuant ton chemin de recherche vers ta compréhension, tu vas progressivement prendre le recul qui te permettra de voir les mêmes situations sous un autre angle, tu vas progressivement prendre le recul qui va t'aider à réaliser que tu es bien plus que la personne individuelle, distincte, séparée, fragile... Tu n'es pas qu'une petite âme isolée qui subit en plein les désagréables sensations que tu énumères.

Dans l'illustration que j'ai faite de mon idée, et que tu cites, je dis que Dieu "joue" , et je comprends, dans l'état de tes sentiments que cela puisse rajouter à ton sentiment d'injustice et de révolte ; alors je te propose de revenir à "jouer" au sens dramatique du terme tel que je l'évoque concernant les comédiens qui "vivent" leurs rôles au point d'effacer toute trâce de jeu ; ils ne jouent plus la tristesse, ils la vivent et cela déclenche en nous l'empathie par laquelle nous ressentons et percevons le mieux le sens qu'ils veulent nous faire passer au travers de leur "jeu".

Ainsi, si je me suis dans ma logique, Dieu ne t'a pas oubliée, ni toi ni aucune de toutes les âmes du monde, nous sommes à nous tous l'ensemble des cellules de Dieu, au travers desquelles Il fait l'expérience de Lui-même. Il connait et ressent chacune de nos émotions, chacunes de nos sensations.

La partie de toi qui souffre n'est pas la partie bien plus Grande de Toi qui est sur le point de réaliser Ta compréhension. La partie de toi qui souffre t'appartient comme tes ongles et tes cheveux, mais tu ne te résumes pas à eux.

Oui, tu n'es pas distincte de Dieu, pas plus que chacune des personnes qui passent par ce blog (ou pas) et c'est à cette partie de Toi que je m'adresse, c'est à Toi que je parle ; d'où l'intitulé de ce sujet : "Conversation avec Amel"

Sur ce, toute mon âmitié à tous.

âmitiés à toi aussi Carole !

Et aux plaisirs de nos échanges.
Al'Un
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.