Conversations avec Dieu




blessure d'enfance, amour et dépendance affective

0 appréciations
Hors-ligne
Je relisais des interventions de 2009 au sujet de l'amour, trouver l'amour et la tendresse...

Je me disais mais quelle logique dans tout cela ?

On arrive au monde, petit enfant qui a un besoin immense de l'amour de ses parents et qu'il soit manifesté physiquement.
Nous avons été créés comme cela.
Si cet amour physique manque, l'enfant est en souffrance et devient un adulte en souffrance...Qui lui-même ne pourra pas donner cet amour à son propre enfant ou si peu.
C'est un besoin vital qui n'est pas comblé et laisse des traces dans le "cerveau".
Alors peut-on vraiment arriver un jour à se passer de ce besoin de tendresse,d'amour alors qu'à la naissance, on était programmé pour en recevoir le plus possible ?

"Ne cherche plus l'amour et tu le rencontreras".
"Sois persuadé qu'il viendra à toi si tu ne l'attends pas".
"Si ta pensée racine est d'être sûr que tu le trouveras, cela se manifestera".

Voici ce que j'ai pu retenir en lisant à droite à gauche.

J'aimerais lire des témoignages sur ce sujet si quelqu'un peut en donner et me redonner confiance.

Merci de me redonner de l'énergie.

Mais aussi je ne comprends pas pourquoi l'enfant naît avec cette si grande fragilité.
Elle est à la base de tous les maux qui nous assaillent en tant qu'adultes.
Et qui touchent tout le monde à des degrés divers.

Azurea

Bonsoir Vague argentée,
ton questionnement me parle car il me rappelle des pensées que j'ai pu avoir et qui m'ont fait souffrir pendant longtemps.
J'ai vécu une grande partie de ma vie avec cette souffrance du "manque d'amour" vécu dans l'enfance. Moi aussi je me suis demandée le pourquoi de tout cela.
Et puis un jour j'ai compris !
L'enfant a besoin de soins, de tendresse, d'attentions. Il a besoin d'être rassuré, protégé, choyé mais ..... il n'a pas "besoin" d'amour : il vient au monde empli d'Amour, il EST amour, celui de l'Univers dont il est tout juste issu. Quiconque a observé un tout jeune enfant sait cela, ce merveilleux élan spontané vers toute forme de vie qu'ont les tout petits ...... infiniment plus immense que celui de la plus grande majorité des adultes .....
Si tu y penses vraiment, si tu arrives à aller au delà de la douleur, tu verras que ce qui fait mal c'est que tu n'as pas pu partager cet amour, que cet amour que tu avais en toi a été bafoué, réprimé, blessé, ridiculisé ....ignoré. Parfois en plus, dans les cas les plus graves, il y a eu aussi manque de soins, d'attentions, de tendresse etc.
Pas étonnant alors que le petit être merveilleux qui était venu au monde devienne à son tour souffrance et peur.
Personnellement, j'ai pu retrouver tout l'amour que j'avais en moi en arrivant dans ce monde quand j'ai compris que mon enfance avait répondu exactement au dessein de mon âme, qu'elle était parfaite pour devenir qui je voulais être maintenant et ce que je voulais expérimenter. J'ai compris que le parcours avait été difficile mais que mon âme avait choisi cela. Alors mes "blessures" ont guéri immédiatement, mon enfance est devenu "parfaite", je n'ai plus aucune ranc?ur envers mes parents car ils étaient les parents parfaits pour me faire vivre cela et je me suis rendue compte que finalement, ils m'avaient offert de beaux cadeaux que ma souffrance m'avaient empêché de voir jusqu'alors .......
Dans CAD, Dieu le dit plusieurs fois : tout est "parfait", même ce qui te semble injuste et cruel. Lorsque tu comprends le dessein, il n'y a plus que de la perfection et de la gratitude ....... et donc de l'amour ........


Dernière modification le 21-04-2012 à 00:37:38

Derni?re modification le 21-04-2012 ? 00:39:52
kris tina

""Si tu y penses vraiment, si tu arrives à aller au delà de la douleur, tu verras que ce qui fait mal c'est que tu n'as pas pu partager cet amour, que cet amour que tu avais en toi a été bafoué, réprimé, blessé, ridiculisé ....ignoré""

oui, je suis d'accord, Azurea,
comment faire, lorsqu'on a fait un "arrêt sur image" ?

lorsqu'on refoule toujours ?
merci car tes mots sont une porte qui s'ouvre,,,

0 appréciations
Hors-ligne
Il me semble que tout cela revient à l'importante question de l'éducation des jeunes et la rééducation des moins jeunes dont il est justement question dans les livres de CAD.
Ne sommes-nous pas ici justement pour s'entraider à se rééduquer?

Bonjour les aimants,
J ai fait partie des personnes considerees genantes à la naissance par l un ou l autre des parents. J avais 3 ans lorsque j ai fait une fugue car je n etais pas d accord avec eux. A 6 ans mon beau-pere m a clairement signifie qu il avait fait semblant de m aimer pour epouser ma mere et qu il ne m aimerait ja-mais. Il s y est tenu avec un art consomme du harcelement. Un proche a essaye de me tuer car je ne correspondait pas à ses attentes lorsque j etais adulte.
Comme tout le monde : je me suis sentie coupable, responsable, mais je ne trouvais pas de quoi. Je ne parlais pas (je savais parler). Une institutrice au bout d un trimestre pensait que j etais muette. Lorsqu elle a demande pourquoi je ne parlais pas, j ai repondu : je n ai rien à dire.
J avais exclu tous les malveillants de ma vie à 5 ans. Je n attendais rien d eux: ni questions, ni reponses, ni tendresse. Mon independance finissait par inquieter car elle me mettait "hors normes", j etais gentille mais atypique, donc derangeante. J aimais les animaux : eux aiment tout le monde (parfois meme particulierement au dejeuner).
J avais decider d aimer. D aimer sans rien attendre de l autre. D aimer comme un animal, car effectivement c est naturel d aimer et cela brise les blocages. Au lieu de regarder en arriere, j ai decide de regarder la beaute des plantes, des animaux sous mes yeux. J ai decide de regarder devant moi. Pas derriere. Il faut se sortir du passe et des rancoeurs.
A un moment donne j ai pratique la VENDETTA. J ai decouvert que j etais tres douee et tres dangereuse. Je n ai pas fait peur, j ai terrorise au point que mon beau-pere un jour m a dit voir sa mort dans mes yeux. Et puis je me suis desinteressee de son sort car je me suis rendue compte que la delectation de la vengeance me nuisait beaucoup trop.
Avec un aussi nom que Vague Argentee, tu devrais faire un tsunami du passe. Le passe est termine tu n y changeras rien. Tant que tu y es, es tu certain de ne pas cultiver une incomprehensible culpabilite (comme je l ai fait) ? Si c est le cas, vire la de ta vie. hurle contre elle, insulte la et puis regarde bien : avec un peu de sens de l humour, tu devrais meme rire de tes sombres moments (pas les pires mais une bonne quantite de choses desagreables dans lesquelles tu rirais à present de toi meme devrait basculer ta vie).
Si tu ne fais pas cela tu vas revivre continuellement ta frustation et finalement donner encore plus de poids aux "desaimants". Leur durete à ton egard est ta reponse : vous ne voulez pas m aimer ? tant pis pour vous, vous ne savez pas ce que vous perdez. Vous avez rate une belle et facile occasion d apprendre à aimer. Moi je vous aime (si, si, tu les aimes car si tu ne les aimais pas tu ne souffrirais pas en ce moment) mais puisque vous ne voulez pas me voir, je respecte votre choix. Je vais aimer ailleurs et vous priver d une lecon d amour.

A TOUS LES AIMANTS :

blogmaster

Dans sa dernière newslettre, Neale D Walsch parle des relations familiales en les décrivant comme une occasion de ressentir un état proche de l'unité avec Dieu... ça m'a bien fait sourire!

Non pas que je lui donne tort, mais il y a un décalage entre cet idéal et le véçu de bien des gens; j'en témoigne également, la famille est souvent le cadre d'affrontements, de trahisons, de violence... de tant de choses parfois difficiles à décrire.

cofr01 est bien inspirée de parler de la culpabilité; cette culpabilité pourrait en effet être définie comme une peur de ne pas être aimé et de ne pouvoir aimer. Je suis d'accord avec la réponse que tu as finis par donner à tes "pas si proches", cofr01. Car je remarque que cette culpabilité a parfois pour effet de nous enchainer à des relations destructrices. Ce manque d'amour et ce besoin d'aimer nous poussent à rester dans ces relations qui ne seront que des expressions grandissantes de nos blessures. Et quand on réagit à partir de la blessure, on ne crée que de la souffrance en soi et même des blessures chez autrui. C'est un cercle vicieux: "je souffre de mon manque d'amour et donc je reste en relation avec toi pour que tu me donnes enfin ce que j'attends". Cette soufffrance devient même parfois notre identité; l'ego s'accroche à cette fausse identité, on s'imagine vraiment être nos souffrances et nos émotions, et l'on ressent le mal-être.

Les relations familiales sont des relations humaines comme les autres; et quel est le but des relations? de nous donner un contexte dans lequel décider, se rappeler et créer qui nous sommes vraiment.

Dans ce contexte, il est préférable de se préserver et parfois, couper les ponts est une solution. L'amour de soi et même l'amour d'autrui requiert parfois ce genre de réponse.

Il ne faut pas confondre le pardon et le sacrifice. Dans cad, il est dit que quiconque pratique le sacrifice ne comprend pas Dieu. (ne pas confondre non plus service et sacrifice)

Bien sûr, il n'y a rien à pardonner. Car nous avons choisi les circonstances dans lesquelles nous sommes venu au monde et même toutes les relations qui surviennent dans notre vie par la suite ne peuvent survenir sans l'accord de notre âme (voir la parabole de la petite âme et le soleil). Il est donc plus indiqué de parler d'acceptation (donc ne pas confondre acceptation et sacrifice). Assez paradoxalement, le pardon est alors la compréhension qu'il n'y a rien à pardonner; c'est la libération de la culpabilité. On lâche cette peur-culpabilité de ne pas être aimé et de ne pouvoir aimer qui nous poussait à rechercher cet amour chez un partenaire, recherche qui se sera soldée inévitablement par un réveil des blessures, voir un renforcement de celles-ci.

Un des rappels les plus importants à propos de qui nous sommes vraiment, et que nous expérimentons dans nos relations, c'est que nous sommes l'amour. L'amour est le sentiment de l'âme qui sait qu'elle fait une avec tout, une avec Dieu. Ce sentiment est aussi ce qui nous ramène au bercail, ce qui nous pousse à expérimenter notre unicité avec cette énergie qui est tout.

Les illusions du besoin et du manque qui nous sont inculquées à la dure dès notre plus jeune âge, font partie du contexte dans lequel expérimenter que l'amour a toujours été là et que nous n'en avons donc jamais eu besoin (on n'a pas besoin de ce qu'on a déjà).

Alors pourquoi tant de dureté? Pourquoi devoir parfois subir ces illusions au moment où nous sommes si fragiles? sans doute parce que la grandeur divine que l'on ressent quand on lâche-prise et se laisse guider par notre véritable nature. Même si on ne le fait pas tout le temps, ces queques instants ou parfois, on ressent cette plénitude de l'être et cette paix que rien n'a jamais pu perturber, quel délice, quelle victoire, n'est-ce pas?
blogmaster

P.S. cette façon de vivre l'amour avec les animaux, magnifique! Un bel exemple pour être la source d'amour.

10 appréciations
Hors-ligne

Oui , nous ne nous sommes pas incarnés sur Terre pour 'chercher' ou 'trouver' l'Amour mais uniquement pour diffuser notre propre Lumière .

Diffuser notre Lumière , ça veut dire exprimer ce que nous sommes . Partout et dans tous les médias , on veut nous faire croire qu'il faut 'chercher' l'Amour , par exemple les différents magazines féminin ou les sites de rencontre vont vous dire qu'il faut 'trouver' l'Amour auprès d'un compagnon ou d'une compagne .

Et quand on cherche à l'extérieur ce que l'on a déjà en soi , forcément ça ne peut mener qu'a ...rien du tout !

L'expérimentation conduit à la compréhension et la compréhension conduit à la maîtrise .

Chere Vague Argentee, as-tu remarque tous ces messages qui te repondent ? C est-y pas de la tendresse tout cela ? L humour m a beaucoup aide mais c est grace à une phrase ecrite sur un mur que j ai compris comment l utiliser au mieux :

L HUMOUR CA COMMENCE COMME HUMILITE ET CA FINIT COMME AMOUR.

Nous voulons tous etre aimes de tout le monde mais comme le disait ma grand mere : tu n es pas louis d or. Peut etre sommes nous un peu trop orgueilleux nous qui nous voulons louis d or. Pourtant nous sommes reellement aimes de tous puisque nous sommes tous la meme energie sous differentes formes. Donc tu es, a ete et sera aime. Aimer aide à s aimer. T aimes tu tendrement ? Reconnais tu l amour qui t est envoye dans ces messages ?
Je suis une vieille du sud, alors lorsque je deprime, j en fais des kilos et lorsque je me regarde mes tonnes de deprime, de colere et de mauvaise humeur et leur expression.... j en souris, puis j en ris. Je me moque de moi en prive ou avec des personnes que je connais bien (pas n importe qui, des amis).
Ma soeur est une mater dolorosa qui se plaint tout le temps, c est lassant pour tout le monde. La derniere fois que je l ai eu au telephone, comme elle revenait toujours sur son enfance, le passe etc... je lui ai reponde tout cela est du passe, si tu as decide d etre malheureuse, c est ton choix mais moi, j ai decide d etre heureuse.
Bon maintenant chacun sa methode. A toi de trouver la tienne.

QUE L AMOUR BRILLE EN TOI ET AUTOUR DE TOI COMME LUI :
blogmaster


L'amour est en soi, effectivement. En même temps, il est utile d'observer ces réactions émotionelles dans nos relations, et les pensées et croyances qui sont derrière. Ce sont comme des messages envoyés à notre conscience pour nous aider à déceler l'illusion, pour nous indiquer quelle croyance nécessite d'être observée et changée.
kris tina

J'ai trouvé beaucoup d'humilité dans ces pages, merci
kris tina

vague argentée,
je ne te remercierais jamais assez d'avoir mis le sujet qui te préoccupe,
car c'est le mien aussi...

c'était le mien aussi...
chaque chose en son temps, crois le il viendra un temps où tu verras les choses d'une autre manière (ce que je te souhaites),

pour ma part, cet arrêt sur image, me bloquait en pensant, "c'est ma vérité,"
et je n'y changerais pas,,,,
je parlais toujours de mon enfance et de mes manques....
mais je ne pouvais jamais et par ma mauvaise attitude dûe à mes souffrances,
voir le verre à moitié plein, pour moi il était toujours à moitié-vide,

jusqu'à ce que je comprenne ce schéma et que j'essaie d'inverser la tendance,
en faisant, l'action d'abord, la parole et la pensée qui puisse renverser la situation,

c'est un cheminement très personnel, et personne ne peut vraiment savoir à ta place,
j'espère que tu peux en continuant toujours de lire le tome 1,

mais aussi, dans les textes où on exprime les paroles de Jésus de Paul Ferrini
dans les comptes rendus de Charleroi, (dans les articles)

il y a vraiment de quoi "réaliser" le problème de fond...qu'on a à traverser...
AIes confiance... et tu y arriveras si tu n'abandonnes pas....

kris tina

c'est le texte du 21.04.09
un extrait :
"L? AMOUR sans conditions - Pages 76 à 80

L?élimination de la mentalité du manque



La réflexion de l?Esprit Christique de Paul Ferrini nous met tout de suite au parfum : La mentalité du manque résulte de ta perception que tu n?es pas digne d?amour. Si tu ne te sens pas digne d?amour, tu vas projeter le manque en dehors de toi?.. et il poursuit : Pour mettre un terme à la pensée du manque, commence par prendre conscience que tu te sens injustement traité. Réalise que ceci provient de ton sentiment profond d?indignité. Comprends que tu ne ressens pas qu?on puisse t?aimer en ce moment?. Sois simplement conscient à quel point ton c?ur s?est tendu et serré. Sois conscient de ta fermeture émotionnelle?. Tu as choisi de voir le verre à moitié vide. Tu as choisi d?être une victime.

(mais tu peux changer d'avis !! sois en sure!!, bien à toi))
kris tina

Si tu le lis pour la première fois , il te touchera certainement,

et si tu l'as déjà lu,
alors tu pourras aller plus profondément en toi. :mg:
kris tina

Depuis que je lis Cad et Paul Ferrini, j'ai énormément avancé...

sinon ma fille n'aurait pas eu l'idée de le lire, elle a 12 ans, elle m'a vu changer,
et elle veut sans doute savoir, Comment,
c'est son livre de chevet en ce moment !!
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.