Conversations avec Dieu




Quand la conscience collective s'éveillera...

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !
Je suis nouvelle sur le forum, ceci est mon premier post.
J'espère, comme l'a dit si justement Neale, ou devrais-je plutôt dire Dieu, que la conscience collective s'éveillera... sans trop tarder, car pour l'instant, ce n'est pas gagné ! Tout n'est qu'inégalités sociales, destruction de la faune et et de la flore, recherche du profit personnel. Quand tout cela s'arrêtera-t-il ? Que faut-il faire pour enfin éveiller, voire réveiller les consciences ? Communiquez, en parler autour de soi, discuter, quand les gens sont suffisamment ouverts pour écouter ce que l'on dit. Chacun pour soi est la règle établi pour beaucoup de gens, tout cela au nom d'une sacro-sainte sécurité, mais quelle sécurité ? Soyons optimistes, un jour viendra, j'ai hâte...
A bientôt !


Dernière modification le 06-09-2011 à 09:42:47

Derni?re modification le 06-09-2011 ? 09:42:56
"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde."
Gandhi

0 appréciations
Hors-ligne
Salut,

Je trouve que depuis quelque année les choses ont énormément changé. Les gens ce rende compte de tous ce qui ce passe et des inégalité don tu parle. Particulièrement cette année, ou tous ce qui était caché sort.

J'ai vraiment l'impression que nous sommes pousser dans nos incohérence par des expérience qui ce manifeste à nous. J''ai put le constater chez beaucoup de personne autour de nous.

Je crois que 2012 va être une anne particulière
blogmaster

Bienvenue Fanidoiseau,

Il est vrai qu'il est difficile d'aborder la spiritualité dans le contexte de nos relations sociale habituelle. L'incrédulité des uns et le dogmatisme religieux des autres limite les conversations. Tu es au bon endroit ici pour en discuter.

par contre, le sujet de l'état du monde et ses disfonctionements est plus facile à aborder, et chacun a sa petite idée politique ou philosophique sur le sujet... même si ces idées sont souvent le reflet d'un désarroi profond et d'un désespoir sans lendemain.

Bref, on peut observer effectivement toutes sortes de croyances et conceptions du monde qui expliquent l'état de ce monde. Viens ensuite notre réaction à ce qui est observé, qui est une façon de déterminer qui "je suis" en réponse à ces évènements.

Dans sa dernière newslettre, Neale nous rappelle que l'évolution de la conscience collective commence par les individus et que notre responsabilité est de commencer par soi-même. Cette entité que "je-suis" est ma seule responsabilité. Dans le livre "nouvelles révélation", il est stipulé, grosso modo, que le monde aura changé non pas parce que nous aurons cherché à le changer, mais paradoxalement parce que nous n'aurons pas cherché à le changer.

Alors c'est tout un débat, car ça ne signifie pas que toute action est proscrite et inefficace. Mais plutôt que l'essentiel est "qui je suis" pendant que je fais ce que je fais. Mon action ou ma non-action (vu que certains font ce choix du non-agir), ma parole ou mon silence, sont-ils le reflet d'un ressenti intérieur, ou une tentative de voir dans le monde extérieur ce que je suis capable de vivre intérieurement.

Si je ne vais pas vers l'intérieur, je vais en manque vers l'extérieur. Cette vérité a été révélée dès le premier tome de cad et répétée à maintes reprises dans les autres livres.

Tu as raison de rester optimiste, Fanidoiseau. C'est également le choix que je fais. Même si tu pourras lire d'autres version sur l'évolution planétaire en parcourant le forum, dont des idées du type "2012" ou de changement de dimension. Ces idées restent bien entendu une possibilité d'évolution réelle, mais il me semble que cad nous place face à notre responsabilité: Quel est notre choix? Car dieu nous a donné les outils et la capacité de les utiliser pour créer le monde que nous choisissons de vivre en ce monde matérialisé.

Je comprend que face à l'individualisme que tu décris dans ton message, certains concoivent que seule une intervention depuis une dimension supérieure soit la réponse pour une évolution planétaire, mais c'est sans doute le moment de se poser cette question: Est-ce que je crois vraiment que Dieu soit incapable de résoudre tous ces problèmes que je peux observer? Quelle est la nature de ma foi? Dieu n'est-il pas présent en toute chose, et toute chose et tout évènement n'existe-t-il pas en Dieu?

Une prière ou déclaration ou certitude intérieure qui me semble utile en réponse à l'état du monde observé est:"Aujourd'hui je percevrai la paix qui existe partout sans me soucier des apparences extérieures". Cette maxime représente ma réponse; une réponse efficace qui me permet de rester dans la création intérieure plutôt que dans la réaction extérieure. Cette affirmation est un choix qui me permet d'être un relais de cette énergie divine par laquelle la paix est créée.

Voilà, merci pour ton message qui m'a donné l'opportunité de rebondir sur un sujet pour lequel j'avais jusqu'ici réservé ma réponse.

Divinamicalement.
blogmaster

Salut ShaToine,

c'est vrai et bien observé, les gens éprouvent de plus en plus l'inconfort de leur façon de penser, de leurs croyances et de leur mode de vie. Auront-ils une réponse appropriée? j'en garde la foi... peut-être que ce sera ça 2012? un bouleversement de la conscience plutôt qu'un changement de dimension? je reste ouvert...

J'étais en train d'écrire mon message précédent en même temps que toi, puis je l'ai efffacé par mégarde, et le temps d'y revenir et de le réécrire, tu avais posté le tien... on était presque synchro...

1 appréciations
Hors-ligne
bonjour Fanidoiseau,
"le plus extraordinaire c'est qu'il n'y a rien à "faire", il n'y a qu'à être" ... (je crois que cette phrase est d'Eileen Caddy (Findhorm))
Je sors de quarante ans d'engagement sociaux et écologiques : je suis un spécialiste en développement local durable, en démocratie participative, en compostage, en bio, en commerce équitable, en écoconstruction, en non violence, en éducation à l'environnement etc... Mais pour une bonne part je suis passé à coté de l'essentiel : être. Je ne regrette rien, c'était mon chemin et il a fait ce que je suis aujourd'hui. Mais la lecture de cette expérience me permet de voir que certaines de mes actions n'ont pas porté de fruits, car à ces périodes le faire était déconnecté de l'être
C'est pour quoi maintenant je suis un adepte du bois : je préfère le "hêtre" au "fer" !!
bénigne

1 appréciations
Hors-ligne
en écho à cette phrase "Si je ne vais pas vers l'intérieur, je vais en manque vers l'extérieur" citée par blogmaster, c'est avec bienveillance(1)que je partage ce petit écrit qui date de la période ou mes enfants étaient au sein :
Avant de naître, chaque être humain vit neuf mois de paradis. Température constante, douce sécurité, apesanteur, rythme du c?ur de la mère, bruits externes filtrés, nourriture équilibrée...
Le plaisir vécu dans ce paradis s'inscrit dans sa mémoire inconsciente.
La naissance est vécue comme un choc, une agression : bruit, lumière, froid, pesanteur, cordon coupé, faim...
Inconsciemment, tout au long de sa vie chaque être va chercher à retrouver ce paradis perdu...
L'enfant blotti contre sa mère, l'oreille sur son c?ur, la joue contre la douceur du sein, le téton dans la bouche... il n'est qu'à voir ses yeux pour comprendre qu'il a retrouvé un coin de paradis...
Plus tard la quête du câlin (plus dans les bras de maman que de papa d'ailleurs, souvenir du plaisir de la tétée) pour l'enfant et le pré ado, aussi bien que, pour l'ado, le rejet de tout, procèdent de cette recherche. Il y a aussi le flirt qui est au moins autant lié à cette recherche qu'à l'instinct de reproduction.
Puis arrive l'injustice fondamentale des sexes ! La femme qui enfante trouve compensation par le fait qu'elle crée ce paradis en elle, l'homme non ! La femme, par la fusion de l'enfant au sein, recrée des instants de ce paradis, l'homme, lui est là, il regarde le plaisir qui rayonne de la fusion momentanée de ces deux êtres qui pourtant lui sont chers, mais qui lui deviennent étrangers tant il souffre, exclu qu'il est, biologiquement injustement exclu, inexorablement sevré...
Que lui reste-t-il pour compenser : aller "teusser un coup" chez Maman, draguer, prendre une maîtresse, aller à la chasse, à la guerre, au foot, boire, se droguer de drogue, de travail ou de « bonnes actions », cultiver les excès de pouvoir... parodies de paradis? bien tristes compensations...
Mais?
Si le paradis perdu n?était pas la période f?tale, mais l?état de lumière dans le quel j?étais avant l?incarnation.
Si ce manque qui me taraude n?était autre que ce désir de retourner à la lumière?
Alors, il me faut transcender cela dans la recherche de l?Unité, travailler à unir corps âme et esprit, plonger dans l?amour inconditionnel et être qui je suis vraiment, dimension expérientielle de Dieu?créateur !
(1) bénigne veut dire bienveillant, littéralement "celui qui engendre le bien", avec ce prénom, mes Parents m'ont fait un merveilleux cadeau !
bénigne
kris

Hello, tout le monde !et à Fanidoiseau
"(petit à petit l'oideau fait son nid)"

Bénigne, Tu touches du bois !!

Hier, je me disais que je devais parler de quelque chose,
mais je ne savais pas exactement pourquoi ?

mais aujourd'hui, çà réponds à cette question ? QUAND,

Il y a différente manière d'adopter la vérité en soi,
moi je suis touchée, quand je la vois s'appliquer, sinon , j'ai du mal à y croire,
et je me dis qu'il y a de l'espoir...

simplement, la manière dont je le vis est différente pour chacun et j'ai donc
qu'une idée de comment cela peut se faire,

vous connaissez l'effet papillon, et l'effet boule de neige ?

quand j'ai reçu la première fois un exemplaire du tome 1 de CAD, pour Noêl (c'est mon anniversaire en fait)
ma belle soeur (bien aimée) me l'envoyait d'Australie,
elle, cela ne lui a pas trop plû, à cause d'un détail , elle croit au "mal" venant de S

son frère, lui, (qui est mon conjoint) était prêt totalement,
il a accepté tout de suite, tout, (il connaissait Edgar Cayce et les livres de Paco.R)

de mon côté, j'avais des conflits non résolus, donc,
c'est avec l'aide de mon conjoint que j'ai fait le travail d'intégration de CaD, via
aussi ces merveilleuses pages....
et son application et sa compréhension de CaD...

vous voyez où je veux en venir ?
disons que j'étais prête, j'avais la volonté, mais j'avais besoin de soutien,
sans lequel je n'y arrivais pas à faire de ce livre une compréhension cohérente...

Cad , sur internet, c'est l'effet boule de neige, aussi,
un aide quelqu'un, qui en aide un autre, cet autre aide quelqu'un qui en aide un autre...

un autre le mettra en pratique, qui aidera quelqu'un à mettre en pratique ETC....
mais sans le mettre en pratique, on pataugera.... le monde restera tel qu'il est !

et voilà qu'avec votre aide et celle de mon mari,
j'ai réussi à m'interresser plus positivement à ce monde, qui a définitivement besoin de notre compréhension... Parce que nous sommes tous des héros !!!
Balavoine n'osait pas le croire, QUand mêmem, uN GRAND MERCI A Lui !

Beaucoup de courage, de confiance et de persévérance !














0 appréciations
Hors-ligne
Merci à tous pour vos écrits, superbes.
Benigne, tu m'as fait venir des larmes, car ton récit sur la naissance et la têtée m'ont rappelée des choses intimes enfouies en moi : je suis née un mois avant et n'ai jamais eu le réflexe de succion : j'ai donc été nourrie par sonde gastrique ; refus de vivre ? Quant à ma fille, née par césarienne une semaine après le terme (accouchement provoqué, elle n'a jamais voulu prendre le sein malgré de multiples tentatives infructueuses. Alors oui, tu as raison, Benigne : nous recherchons tous le confort et la douceur du contact maternel, la fusion, surtout lorsque l'on a été élevé dans la violence et la possessivité, voir le désamour. Mes plaies ouvertes ne se referment pas, et j'ai beaucoup de mal à pardonner tant je souffre encore de ce que j'ai vécu. :pl! Les larmes coulent le long de mes joues comme le sang s'écoule de mes plaies. S'il vous plaît, dites-moi comment cicatriser, comment pardonner, comment ne plus être rancunier et sans le désir de vengeance ? La théorie est une chose, la pratique en est une autre... Pourtant, chaque jour de ma vie, et sans aucune prétention de ma part, je fais le bien, j'essaie au maximum, mais parfois, la rage et la colère m'envahissent, alors je cours, je fais du sport pour exorciser ces sentiments néfastes qui sont en moi. Ne me parlez pas de psychothérapie ; j'ai essayé, cela a été un véritable dialogue de sourds. Merci à tous et à toutes de m'avoir lue, et je suis désolée pour ce coup de cafard, mais aujourd'hui, comme vous avez du vous en rendre compte, c'est pas formidable moralement. Demain, ça ira mieux. Je vous envoie de tendres pensées.
Fanidoiseau

Dernière modification le 02-11-2011 à 14:24:49

Derni?re modification le 02-11-2011 ? 14:24:56
"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde."
Gandhi
blogmaster

Je reconnais ces tourments émotionels, Fanidoiseau. Je les vis et les revis encore à ce jour. Et je suspecte que personne n'est épargné par ces émotions, que chacun a sa part d'ombre et doit s'y confronter. En cheminant vers notre lumière intérieure, il est quasiment incontournable, pour le commun des mortels, de rencontrer cette face obscure qui n'est que cette part de nous-même qui n'a pas encore été éclairée.

Ce contre quoi tu résistes, persiste...

Comment cicatriser? En n'ayant d'abord pas besoin de le faire.
comment pardonner? En n'ayant d'abord pas besoin de le faire.
Comment ne plus être rancunier? En n'ayant d'abord pas besoin de ne plus l'être.
Comment ne plus avoir de désir de vengeance? En n'ayant d'abord pas besoin de ne plus l'avoir.

Tout ça s'appelle accepter; ça veut dire aussi ne plus culpabiliser pour le fait de vivre le contraire de qui nous sommes, sachant que ça fait partie du plan. De toute façon, ce n'est pas qui tu es, toutes ces émotions: tu le sais, tu as lu cad, n'est-ce pas?

La dernière fois que j'ai eu ce genre de tourment, je me suis posé la question "qui suis-je?"

Il ne m'en a pas fallu plus pour arriver à prendre de la distance avec ces tourments. J'ai commencé à les observer sans m' y identifier. Dès que je me suis posé cette question "qui suis-je?", je me suis rappelé tout de suite qu'il existe en moi cet être qui a déjà accompli son retour à Dieu, qui a repris conscience de son unité et vibre à l'unisson avec l'énergie infinie. Bon ok, c'est pas pour ça que je suis au nirvana, mais juste un peu plus éclairé et surtout, bien apaisé.

"Apaises-toi et saches que je suis Dieu" est aussi un genre de mantra qui me permet d'élever ma conscience et de rester observateur de ce brouhaha mental et émotionel. As-tu lu "le pouvoir du moment présent" de Eckhart Tolle? Ce livre pourrait être tout aussi révélateur que cad...

Dans cet état d'observateur, il n'est pas nécessaire de lutter, de résister (ce qui ne ferait que renforcer l'opposition). Au contraire, on peut s'autoriser à vivre cette "ombre". Cet aspect de notre expérience révèle nos peurs, nos blessures et nos rejets. En les embrassants (ce qui ne signifie pas s'y identifier), ils perdent leur impact. Il est peu probable qu'en ce monde relatif, par opposé au monde absolu, nous cheminions sans être confronté à la peur. Mais il nous est possible de choisir d'éclairer cette ombre avec notre conscience.

Donc, rejeter cette expérience et vouloir l'éliminer n'est pas la solution. Et considérer que cette expérience, soi-disant néfaste, nous éloigne de notre être divin, est une erreur. En considérant cette expérience comme néfaste, nous suscitons alors cette expérience: nous le vivons réellement de façon négative. La pensée créatrice en ce cas là est quelque chose du genre " bordel, encore cette douleur qui m'éloigne du bien".

Bien sûr, ce n'est pas la réalité, ce n'est qu'une illusion véçue et rendue réelle...

La réalité est que ces expériences soi-disant néfastes nous rapprochent de notre illumination. c'est aussi vrai en ce qui concerne les défis individuels que les défis collectifs, d'ailleurs. La réalité pourrait être expérimentée en observant ces tourments émotionels et ce mental. En ne s'identifiant pas à ces états, il est alors possible de les laisser passer. Ces émotions deviennent alors comme des signaux qui nous informent sur nos peurs et nos blessures. En les acceptant, en les aimant et les acceuillant avec une paix intérieure et gratitude, sachant qu'elles font partie de nore expérience du divin, elles remplissent leur rôle. Un rôle qui est de nous informer sur qui nous ne sommes pas... sans l'expérience de ce que nous ne sommes pas, on ne peut expérimenter ce que nous sommes vraiment.

A la rigueur, notre pensée créatrice à cet instant là est: "chouette, revoilà ces signaux qui viennent me propulser vers une plus grande version de qui je suis vraiment"; et ça simplifie les choses.

Voilà, je sais pas si c'est clair tout ça. C'est en tout cas comme ça que je vis et utilise les émotions: pour revenir vers qui je suis.

Divinamicalement

0 appréciations
Hors-ligne
Merci Blogmaster pour ton analyse et ton réconfort. Nous savons tous plus ou moins les choses que tu as dites, mais c'est parfois difficile de les vivre au quotidien. En tout cas, je te remercie infiniment pour ces belles paroles et je vais tacher de m'en imprégner pleinement pour les vivre comme il se doit. Je ne vais m'étendre plus longtemps sur le sujet, car beaucoup de choses très justes ont été dites, notamment sur le fait de ne pas s'identifier à ces sentiments, mais de les embrasser en les acceptant...
Bien à toi, Blogmaster. Et encore merci.
:b2:
"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde."
Gandhi

10 appréciations
Hors-ligne

Fanidoiseau,

Juste pour compléter l'excellente analyse de blogmaster , comme tu te demande souvent "pourquoi font-ils ça ? , pourquoi ne comprennent-ils pas ?" sache qu'ils n'en font pas exprès et qu'ils ne peuvent pas agir autrement .

Ils ont des voiles que tu n'a probablement plus (d'ou la différence de comportement) ou plutôt tes voiles à toi sont beaucoup plus minces ...

En rapport avec leurs états de conscience actuel , la compassion , le sentiment d'Amour ne leur est tout simplement pas accessible pour le moment .

Avec leur compréhension de la vie en général , ils sont limités dans leur marche de manoeuvre . Pour eux , ils ne font rien de mal . Et le responsable de tout cela c'est l'égo . Nous avons tous un égo mais pour certain il est tout bonnement surdimensionné .
les fameux voiles sur la conscience dont je t'ai parlé ...

C'est aussi pour cette raison que la peine capitale (la peine de mort) est totalement inutile ! et donc absolument pas dissuasive . Elle est en vigueur dans pleins d'états américain depuis des siècles et pourtant les états-unis ont un des taux de criminalité les plus élevé au monde ! le type , tu peux lui couper la tête en long et en large , il ne comprendra toujours pas ce que tu lui reproche ! ça ne lui est pas accessible ...

Bien à toi .
L'expérimentation conduit à la compréhension et la compréhension conduit à la maîtrise .
blogmaster

C'est aussi très juste, Orang. j'ai aussi envie de continuer sur ta lancée et de compléter en disant que de voir les autres tels qu'ils sont réellemnt derrière ces voiles, sans se leurrer et se mentir sur le fait que ces voiles déterminent leurs expériences, est une réponse adaptée d'un être en cheminement.

C'est ça, la compassion. Il y a aussi cette expression "namasté" des hindouistes, qui consiste à voir et saluer le divin accompli chez l'autre et en soi.

Divinamicalement.

0 appréciations
Hors-ligne
Sourire,

Je met le lien où nous pouvons trouver des audios de Eckhart Tolle et d'autres aussi. C'est complémentaire au CAD.
[lien]

Chacun avance à sa façon. Il faut simplement accepter les autres tel qu'ils sont sans jugement. On ne peut pas "guérir" une personne qui ne se sent pas "malade".

Et quand survient un évènement se dire : "Que ferait l'amour maintenant?" ou prendre une respiration consciente et se dire : "A cet instant présent, ai je un soucis?"


Quand tu as une pensée "négative", elle arrive pour que tu l'éclaires,que tu l'acceptes et non pour que tu brodes une histoire avec des si ou revives cette expérience.

Il faut nettoyer la pièce où tu es. L'énergie positive, créative que tu auras apporté, se transportera ailleurs.
C'est un travail de fourmi.un coup d'aile de papillon.
kris

:c9: Bonjour à chacun (e),

Je me suis rappelée des écrits de Lénah, sur la manière de ne pas nourrir, notre colère et notre rage....
je ne me souviens plus de son récit,
mais via notre mental, la colère de l'enfance est nourrie par lui,

la seule difficulté est là, le mental,
il n'est ni l'esprit ni l'âme ni les vrais sentiments, seulement des émotions,,,

si nous nous nourrissons de notre colère de nos émotions négatives,
nous ne briserons pas le cercle,
dans ma propre problématique, je ne me nourrissais que d'émotions... et je ne m'en rendait pas compte,,,, les bonnes les mauvaises,
lorsque j'ai compris cela , j'ai commencé par essayer de m'en détacher des émotions,
et çà prend du temps, on doit se détacher des notres et de celles de notre entourage,
et les occulter est bien ce qu'il faut faire,
et non pas se concentrer dessus, car on ne peut pas s'en sortir,

donc, la première chose dans cette observation, c'est de voir notre dépendance aux émotions quelles qu'elles soient, ensuite, via c à d, se rendre compte qu'il ni a que l'être qui génére des vrais sentiments....

l'être est à privilégier, (à expérimenter ) en priorité, mais est ce que cela peut se faire sans aide ?
je crois que pour expliquer cela je dirais que c'est en pensant à notre idée parfaite de DIeu qui nous aide à nous projeter dans notre être véritable,

si je n'avais pas eu d'idées de ce qu'est un être véritable, ou l'amour par ex:
je ne peux créer cette expérience d'amour vrai,
alors que l'idée vient en premier,
c'est difficile d'expliquer cela, dans cad, si je pouvais trouver cette explication je vous la communiquerais,

dieu parle souvent dans cad , de l'imagination ou des idées ou de l'image de soi qu'on voudrait être, c'est la même chose,
quand il dit, "sois qui tu es", si tu as aucune idée, de QUI tu ES,
comment est ce possible de l'être ????

souvent lorsque je ne comprends pas ce qui est dit dans cad,
c'est que je n'ai pas eu besoin de lire ces choses pour arriver à les vivre,

je crois que la lecture ne nous aide pas toujours,
car nous fonctionnons différemment, nos codes de lecture sont différents,
la grosse difficulté est de trouver la bonne interprétation de ce que quelqu'un veut dire,

en bref, sans l'idée d'un dieu d'amour vrai et de bonté et l'idée qu'on s'en fait dans la réalité,
cela ne pourra fonctionner.... puisque nous n'avons pas encore expérimenter notre être véritable.

je ne sais pas si je parle clairement à mon tour !

kris

je viens de voir un message qui me parle :

réussirsavie "culrive l'amour en ton coeur" voilà qui répond bien à un moyen de réussir.

merci sa ni
Ce forum est suspendu. Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.