Conversations avec Dieu




Est-il possible que je sois en train d'exprimer la Divinité en étant exactement ce que je suis ici et maintenant?

6 appréciations
Hors-ligne

Une note de Neale ...


Mes chers amis,

J'espère, alors que ce jour passe, que tout est bien dans votre monde. C'est ma prière que la paix demeure dans votre cœur, que votre esprit soit reposé aujourd'hui, et que vous vous sentiez l'accomplissement dans votre âme.

C'est une tournure intéressante, n'est-ce pas? "Accomplissement dans votre âme ..." Qu'est-ce que cela signifie, exactement? Les mots venaient juste de sortir de mon clavier, et je dû m'arrêter, moi-même, pour réfléchir à ce que je voulais dire par là. Voici à quoi ça m'a mené...

Je crois que mon âme est venue à mon corps en ce moment et dans cet endroit pour une raison. Je crois que toute la vie a une raison, et que le but particulier de mon âme dans cette vie fait partie de cela. Je crois que la raison de toute la vie est de donner à la Divinité elle-même l'occasion de s'exprimer. De se connaitre. De se développer soi-même.

Cette opportunité est fournie à la Divinité par la Divinité, par le miracle de la "Physicalité". Le non-physique devient physique ("Et Dieu a été fait homme ... et la
Parole a été faite chair, et a habité parmi nous ...") pour se
manifester dans le Royaume de la Relativité, et ainsi se connaître dans sa
propre Expérience .

Et je crois, en tant qu'individuation de la Divinité, que mon opportunité
personnelle est de décider et de déclarer, d'exprimer et
d'expérimenter, de devenir et d'accomplir Qui Je Suis Vraiment. Le mystère de ceci est que je ne suis rien en particulier jusqu'à ce que je dise que je le suis. Et ainsi, dans chaque instant du maintenant, Dieu doit être né de nouveau.

Pour dire ceci d'une autre manière, je suis (nous sommes) dans un processus constant de recréation. Nous nous recréons à nouveau, dans la prochaine version la plus grande de la
plus grande vision que nous ayons eu sur Qui nous sommes. L'idée, en bref, est de voir à quel point nous pouvons exprimer la Divinité  ici et maintenant - et, ce faisant, créer et définir
Dieu.

Je crois que la vie est Dieu, "physicalisé".

Alors maintenant ... comment tout cela se rapporte à ma propre expérience actuelle ...

Ce matin, alors que j'écris ceci, je regarde mon Divin Sois et je réfléchis: «Combien de ma Divinité ai-je exposée, exprimée et connue ce jour?
Cette semaine? Ce mois-ci? Cette année, cette vie?

Et - beaucoup plus important - "Combien de ma Divinité suis-je prêt à afficher, à exprimer et à vivre dans les moments juste à venir? Dans les
semaines, les mois et les années qui viennent?"

Cependant cela ne devrait jamais être considéré comme un fardeau. Je veux dire que si la question se pose dans l'esprit d'une manière qui
m'amène à un cœur lourd, il y a quelque chose qui ne va pas avec la façon
dont je considère la question elle-même - ou, d'ailleurs, avec ce que cela
signifie d'exprimer la Divinité. Est-il possible que je sois en train d'exprimer la Divinité en étant exactement ce que je suis ici et maintenant?

Et pourtant, même si cela était vrai, est-ce que cela m'éloigne et me libère de tout désir et de tout besoin de m'améliorer? D'aller plus haut? D'aller plus loin? Est-ce que je m'arrête juste là où je suis, simplement parce que je suis acceptable comme je suis?

Ah, oui ... les questions de la recherche profonde ... à méditer...

En attendant, ayez une vie merveilleuse.



Pour ma part je pense que nous ne pouvons pas éviter d'exprimer notre divinité. Dès qu'un être est créé il exprime sa divinité. Mes chats expriment leur divinité (là j'en ai un qui ronronne, il est d'accord avec moi, çà en fait au moins un), les plantes expriment la divinité. Pas le choix puisque nous sommes tous une expression de la divinité, une parcelle tout au moins, comme notre corps est composé de particules assemblées pour être nous. Par contre nous ne sommes toujours au mieux de notre forme, c'est-à-dire que nous n'exprimons pas toujours le meilleurs de nous-mêmes (hélas), parfois nous exprimons le plus médiocre de nous. Le désir peut faire avancer s'il est juste. On peut désirer l'illumination par exemple et faire tout pour y parvenir, ou désirer aider. Tout dépend de ce qu'exprime ce désir. S'il exprime le meilleurs de nous-mêmes pourquoi s'en passer ?
Mais ce n'est qu'un avis personnel.

4 appréciations
Hors-ligne
Dieu révèle la Divinité par l’expérience intérieure

Namasté 
"L'Amour nous fait devenir ce que nous aimons"

L'expérience intérieure est-elle toujours consciente ? les voies du Seigneur sont impénétrables paraît*il.
Comme disent les enfants : on dirait que quelqu'un voit la beauté d'un pigeon mais ne croit pas en Dieu, à cause de l'observation du pigeon se met à se questionner, élargit ses observations, remarque l'harmonie et finit par penser que Dieu existe peut-être et ainsi la personne monte marche après marche pour trouver sa spiritualité. L'expérience dans ce cas part de l'extérieur vers l'intérieur pour repartir vers l'extérieur etc.... 
Chacun doit trouver sa voie Dieu fait du stop partout. Deux vies identiquement difficiles ne vont pas aboutir au même résultat. L'une utilisera ses difficultés pour faire en sorte que nul ne vive cela et développera des capacités d'amour se rapprochant de Dieu, l'autre estimera que tout est dû et que les autres aussi doivent en baver et aura beaucoup de difficultés à voir l'harmonie, à accepter Dieu. Rien n'étant perdu, pour cette vie cela prendra simplement plus de temps pour rencontrer Dieu. Les deux vies partent de l'extérieur. L'une intériorise, l'autre non. 
Le chemin le plus court étant effectivement de reconnaître l'expérience intérieure dès le départ mais l'éducation actuelle ne s'y prête pas beaucoup sauf dans cette école qui apprend dès le primaire aux enfants à méditer et dès la maternelle à gérer les conflits sans violence.
Bonne soirée

6 appréciations
Hors-ligne
Il y a ce qu'on appelle une dichotomie. Nous sommes tous des êtres spirituels, qui vivent une expérience humaine. Cette expérience humaine comporte une part de choix entre exprimer qui nous sommes vraiment et ... ne pas le faire... cependant nous restons des êtres spirituels quoi qu'il arrive.

Ce que m'inspire cet article de N.D.Walsch, c'est que nous sommes divin quoi que l'on fasse de notre vie. Il y a une part d'acceptation de ce que nous sommes. Il y a du bon à sentir que la divinité est une énergie d'amour inconditionnel. Que cette divinité n'a pas de besoin que nous soyons autre chose que ce que nous sommes en ce moment, mais que nous pouvons être tout ce que nous choisissons de devenir.

Les religions ont tellement insisté sur une soi-disant nécessité de trouver son salut, sur un besoin imaginaire d'être "sauvé" (à la rigueur, si être sauvé c'est en fait comprendre qu'il n'y a pas de besoin d'être sauvé, ça passe encore). C'est libérateur de savoir que nous ne serons pas jugé ni même évalué sur la façon dont nous avons exprimé notre spiritualité.

Des siècles de spiritualité mal comprise, mal enseignée, ont marqué la conscience collective avec cette idée fausse de ne pas être assez bien, de ne pas avoir assez de valeur et de devoir faire quelque chose pour en gagner, y compris en étant spirituel. Nous sommes tellement marqué par cette dévalorisation inconsciente que ça fausse nos relations aux autres. Nos rapports avec nos semblables deviennent trop souvent une recherche pour compenser ce manque d'estime de soi, et si les autres ne reconnaissent pas notre valeur, nous nous sentons blessés.

Cette valeur, cette estime de soi, comme tant d'autres choses, est en soi; à l'intérieur. Quand on sait que quelque chose est en soi, notre expérience devient un reflet de cette foi. Quand on la recherche à l'extérieur, nous utilisons dans une certaine mesure notre pouvoir créateur avec l'affirmation "je n'ai pas ça". C'est alors plus difficile, même si nous avons vraiment la conviction de pouvoir obtenir ce que nous n'avons pas en nous avec du travail et de la recherche, notre expérience devient une lutte.

Nous exprimons davantage notre spiritualité lorsque nous restons conscient de cette présence intérieure dans tout. Dans l'absolu, Il n'y a pas de division entre intérieur et extérieur. Seule l'absence de cette conscience crée cette illusion. C'est l'oubli volontaire dans lequel nous nous sommes engagés afin de pouvoir recréer qui nous sommes en retrouvant cette conscience. Pour pouvoir aller vers l'extérieur, il faut que soit maintenue cette illusion de la séparation. Avec la conscience de l'unité, nul besoin d'aller vers l'intérieur, nous y sommes!

Divinamicalement.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :